Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Ne bis in idem en matière fiscale : le combat continue

Par Olivia Dufour

Le 24 juin 2016, dans les affaires Cahuzac et Wildenstein, le Conseil constitutionnel a refusé de mettre fin aux doubles poursuites administrative et pénales en matière fiscale. Les explications de Claire Waquet, avocate aux conseils, qui a plaidé pour les Wildenstein.

Comment analysez-vous ce refus du Conseil constitutionnel ?
Claire Waquet : Il y a néanmoins une avancée dans cette décision, car le Conseil constitutionnel dit que les doubles sanctions sont réservées aux cas les plus graves en précisant : « Cette gravité peut résulter du montant des droits fraudés, de la nature des agissements de la personne poursuivie ou des circonstances de leur intervention. » Par ailleurs, il rappelle que si le principe de nécessité des peines ne fait pas obstacle aux doubles sanctions c’est, selon sa jurisprudence constante en la matière depuis 1989, à condition que le montant global des sanctions éventuellement prononcées ne dépasse pas le montant le plus élevé de l'une des sanctions encourues. Le combat n’est pas terminé, il faut s’attendre à de nouveaux recours concernant la définition des cas les plus graves justifiant les doubles poursuites.

Une autre décision importante est celle du 22 juillet 2016, dans laquelle le Conseil constitutionnel se prononce sur le fameux verrou de Bercy, autrement dit le monopole de l’administration fiscale dans le déclenchement des poursuites pour fraude fiscale…
C. W. : Dans cette décision le Conseil valide le fait que l’administration fiscale soit seule décisionnaire dans le déclenchement d’éventuelles poursuites pénales venant s’ajouter aux sanctions fiscales. Je crois qu’il faut lire les deux décisions ensemble. Le Conseil semble vouloir dire qu’il peut y avoir doubles poursuites et doubles sanctions dans certains cas au nom de l’effectivité des sanctions de la fraude fiscale, mais que la Commission des infractions fiscales (CIF) doit faire preuve du plus grand discernement car c’est sur elle et pas seulement sur le juge pénal que repose la responsabilité du principe de nécessité des peines. J’ai par exemple en ce moment le cas d’un contribuable qui s’est trompé de taux de TVA. L’administration pénale a reconnu sa bonne foi et lui a épargné les pénalités, mais le juge pénal, saisi par la CIF, a considéré à l’inverse que l’intéressé était de mauvaise foi. Ce genre de décisions contradictoires pose problème. J’ai saisi la CEDH. Il me semble que le Conseil constitutionnel, en limitant les doubles poursuites aux cas les plus graves, envoie un signal à la CIF pour attirer son attention sur les cas incertains qui risquent de donner lieu à des contrariétés de décisions.

La CEDH a déjà eu l’occasion d’appliquer à la matière fiscale le principe ne bis in idem. La France risque-t-elle une sanction si elle continue à maintenir les doubles poursuites fiscales ?
C. W. : La CEDH ne raisonne pas comme nous. Elle ne se situe pas sur le terrain de la théorie mais de la pratique. Si, dans un cas qui lui est soumis, elle constate que la France a sanctionné de manière excessive un contribuable, elle sanctionnera. Cela étant précisé, une sanction de la France est en effet envisageable. Personnellement, je pense que ces doubles poursuites posent une difficulté sur le terrain des droits de la défense. Devoir se défendre contre l’administration et parallèlement dans une procédure pénale, selon des logiques différentes et dans des délais de prescription différents, me semble une atteinte aux droits de la défense. C’est une piste encore trop peu explorée.

Deux cabinets sur l’émission de Scor

- 403 vues

Pour ses obligations subordonnées de niveau 2, proposant un taux d’intérêt de 1,375 % jusqu’en septembre  2031 (et révisé...

Deux cabinets sur l’émission de Scor

- 403 vues

Pour ses obligations subordonnées de niveau 2, proposant un taux d’intérêt de 1,375 % jusqu’en septembre  2031 (et révisé...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 535 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 484 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 429 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne