Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Mise en jeu de la garantie d’actif et de passif et défaut d’information du garant

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires: N°1302 du 15/05/2017, par Sophie Nayrolles, associée, Simon Associés

La convention de garantie d’actif et de passif, plus couramment dénommée « GAP », permet dans le cadre des cessions des titres de société de sécuriser la transmission de l’entreprise en garantissant la situation de celle-ci au jour de la cession. Elle s’ajoute aux garanties légales attachées à la formation du contrat et constitue pour le cessionnaire un véritable gage. Elle a ainsi pour objet de faire supporter au cédant tout à la fois le passif supplémentaire et l’insuffisance d’actif qui surviennent après la cession et dont la cause est antérieure à celle-ci. Cette garantie peut également se limiter au passif pur et simple ou à l’actif net.
Dans le cadre d’un changement de contrôle de l’entreprise, la garantie d’actif et de passif constitue un point majeur des négociations. La GAP stipule généralement une procédure détaillée de mise en œuvre (seuil, franchise, délais), un plafond de garantie et un mécanisme de « garantie de la garantie ». Elle peut également prévoir des garanties particulières. Le contenu de cette convention est négocié concomitamment au protocole d’accord, auquel elle est soit intégrée, soit annexée.

Une clause incomplète ou mal rédigée est facteur d’insécurité


Pour être pleinement efficace, la rédaction de convention de garantie d’actif et de passif doit être précise. En effet, une clause incomplète ou mal rédigée est facteur d’insécurité, tant pour le cessionnaire que pour le cédant, et ainsi source de contentieux.
À ce titre, la Cour de cassation a récemment rappelé qu’en cas de silence ou d’imprécision du contrat, le juge pouvait, en vertu de son pouvoir souverain d’appréciation, interpréter la volonté commune des parties concernant, notamment, la sanction du non-respect par le cessionnaire de son obligation d’informer le cédant de toute réclamation, fait ou événement susceptible d’entraîner la mise en jeu de la garantie dans le délai convenu (Cass. com. 25 janvier 2017, n° 15-17137 et n° 15-18246).
Si la Cour de cassation a pu estimer qu’en l’absence de sanction prévue par le contrat, l’inobservation par le cessionnaire de son obligation d’informer le cédant en temps utiles de faits susceptibles d’entraîner la mise en œuvre de la garantie entraînait sa déchéance (Cass. com. 9 juin 2009, n° 08-17843). Elle a récemment jugé le contraire, en estimant que l’inobservation de cette obligation d’information par le cessionnaire permet uniquement au cédant d’obtenir des dommages et intérêts en réparation du préjudice que le retard avait pu causer aux cédants (Cass. com. 18 mai 2016, n° 14-22354 ; Cass. com. 25 janvier 2017, n° 15-17137 et n° 15-18246).
Les changements intervenus en droit des obligations depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations ne devraient pas modifier ces solutions jurisprudentielles désormais établies. En effet, le nouvel article 1188 du Code civil précise désormais expressément que « le contrat s’interprète d’après la commune intention des parties plutôt qu’en s’arrêtant au sens littéral de ses termes ».

Bird & Bird coopte Carole Bodin

- 495 vues

Carole Bodin est cooptée associée du cabinet Bird & Bird. Avocat aux barreaux de Paris et de New York, elle conseille des groupes...

HSF promeut Mathias Dantin

- 556 vues

Herbert Smith Freehills annonce la nomination de Mathias Dantin en tant qu’associé au sein de la pratique Énergie et Infrastructure...

Alice Flacco, GC de MicroPort CRM

- 493 vues

Alice Flacco est nommée directrice juridique de MicroPort CRM, une société à dimension mondiale spécialisée dans...

3e édition du baromètre RGPD

- 465 vues

Data Legal Drive propose un sondage pour préparer la 3e édition de son baromètre RGPD, trois ans après l’entrée...

Lauréats 2021 du prix DJCE

- 501 vues

Le cabinet CMS Francis Lefebvre Avocats a décerné, le 12 avril dernier, son 10e Prix DJCE CMS Francis Lefebvre Avocats des meilleurs futurs...

Webinaire Compliance

- 520 vues

Hughes Hubbard & Reed organise un webinaire consacré à la compliance le mardi 27  avril 2021 à 15  heures, via Zoom.

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne