Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

L’obligation de reclassement en cas de licenciement pour motif économique depuis les ordonnances “Macron”

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires N°1342 du 19 mars 2018
Par Jérémie Paubel, associé de Baker McKenzie et Kevin Bouleau, avocat

Un licenciement pour motif économique ne peut être prononcé par l’employeur que s’il s’est trouvé dans l’impossibilité de reclasser (au sein de l’entreprise ou du groupe) le salarié dont le licenciement est envisagé. L’ordonnance « Macron » du 22 septembre 2017 (ordonnance n° 2017-1387) relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail et le décret du 21 décembre 2017 (décret n° 2017-1725) relatif à la procédure de reclassement interne sur le territoire national en cas de licenciement pour motif économique maintiennent le principe de cette obligation de reclassement interne mais sont venus redéfinir ses contours dans le but de la rendre moins contraignante pour l’employeur.

Une limitation du périmètre de reclassement interne au territoire national

Depuis la loi « Macron » du 6 août 2015 (loi n° 2015-990), l’employeur était tenu de proposer aux salariés dont le licenciement était envisagé les postes de reclassement existants en France, mais aussi de leur demander s’ils souhaitaient recevoir des offres de reclassement au sein d’autres sociétés du même groupe à l’étranger. En l’absence de réponse ou en cas de réponse négative du salarié, l’employeur n’était pas tenu de proposer à ce dernier des offres de reclassement à l’étranger.

Désormais, l’obligation de reclassement interne est limitée au territoire national (article L. 1233-4 du Code du travail). Cette restriction du périmètre de reclassement sera certainement appréciée des entreprises appartenant à des groupes multinationaux, leur évitant un travail fastidieux de collecte des postes disponibles dans les différentes sociétés du groupe, tout en limitant les risques de condamnation pour non-respect de l’obligation de reclassement interne.

Un formalisme moins strict

L’ordonnance « Macron » du 22 septembre 2017 et son décret d’application ont également simplifié le formalisme de communication des postes de reclassement disponibles aux salariés concernés, car le choix est désormais laissé à l’employeur :

soit de diffuser une liste des postes disponibles à l’ensemble des salariés concernés (en l’actualisant le cas échéant), par tout moyen permettant de conférer une date certaine. En pratique et en l’absence de précisions, la diffusion des postes pourrait se faire par le biais de panneaux d’affichage ou via le site intranet de la société. Cette liste doit préciser les critères de départage applicables en cas de candidatures multiples sur un même poste et le délai de réponse dont dispose le salarié pour présenter sa candidature écrite. Ce délai ne peut être inférieur à 15 jours francs à compter de la communication de la liste (ou 4 jours francs en cas de redressement ou de liquidation judicaire).

soit, comme avant, d’adresser de manière personnalisée des offres de reclassement écrites et précises à chaque salarié. Ici, aucun délai minimum d’acceptation n’est imposé, même s’il peut apparaître recommandé de respecter également le délai de 15 jours francs.

Un contenu des offres clairement défini

Le reclassement du salarié doit toujours s’effectuer sur un emploi relevant de la même catégorie que celui occupé ou sur un emploi équivalent assorti d’une rémunération équivalente. À défaut, et sous réserve de l’accord exprès du salarié, le reclassement peut s’effectuer sur un emploi d’une catégorie inférieure (article L. 1233-4 du Code du travail).

Les offres écrites, qu’elle soient adressées de manière personnalisée ou via une liste, doivent par ailleurs indiquer l’intitulé du poste et son descriptif, le nom de l’employeur, la nature du contrat de travail, la localisation du poste, le niveau de rémunération et la classification du poste.

Le périmètre de l’obligation de reclassement étant désormais limité au territoire national, la langue de travail n’est plus exigée.

Ces dispositions sont applicables aux procédures de licenciement pour motif économique engagées à compter du 24 septembre 2017 pour la première et du 23 décembre 2017 pour les deux autres.

Contrôle des concentrations

- 432 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Squair accueille deux associés

- 503 vues

Squair renforce sa pratique de droit social et de droit pénal des affaires, avec Benoît Dehaene et Bruno Welsch, en qualité d’associés.

Delsol Avocats coopte

- 472 vues

Delsol Avocats nomme Séverine Bravard et Manuel Wingert, associés.

Hogan Lovells promeut

- 613 vues

Hogan Lovells annonce l’arrivée de Pierre-Marie Boya, en qualité de counsel au sein de l’équipe Corporate / Private Equity.

Delsol Avocats coopte

- 472 vues

Delsol Avocats nomme Séverine Bravard et Manuel Wingert, associés.

Squair accueille deux associés

- 503 vues

Squair renforce sa pratique de droit social et de droit pénal des affaires, avec Benoît Dehaene et Bruno Welsch, en qualité d’associés.

Hogan Lovells promeut

- 613 vues

Hogan Lovells annonce l’arrivée de Pierre-Marie Boya, en qualité de counsel au sein de l’équipe Corporate / Private Equity.

Laurence Pinot-Lacan, DJ de Ramsay Santé

- 475 vues

Ramsay Santé annonce la nomination de Laurence Pinot-Lacan en qualité de directrice juridique groupe et secrétaire du conseil d’administration.

Linklaters promeut 6 counsels

- 599 vues

Linklaters annonce la nomination de 6 counsels : Mehdi Boumedine, Julien Bourmaud-Danto et Thomas Pontacq en corporate/M&A, Eléonore Hannezo...

Scotto Partners promeut

- 561 vues

Charlotte Hazan est promue counsel au sein du cabinet Scotto Partners qu’elle a rejoint en 2018 et où elle évolue au sein du département...

Contrôle des concentrations

- 432 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Rapport 2020 de l’AFA

- 447 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Criminalité financière en 2021

- 486 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Lutte contre les cartels

- 545 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

5e édition de la PAW

- 533 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne