Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

SWIM : une révolution du modèle d’exercice en cabinet

Par Ondine Delaunay

Jullian Hoareau, avocat au barreau de Paris, vient de lancer une legaltech baptisée SWIM, qui pourrait bien révolutionner l’organisation des cabinets d’avocats. Incubée par le barreau de Paris en janvier dernier, la plateforme permet de connecter les cabinets avec des avocats freelance qualifiés. Ceci pour faire face à un pic d’activité dû à un dossier, pour remplacer une professionnelle en congé maternité, ou tout simplement pour permettre aux équipes de respirer un peu dans l’attente d’un recrutement. Il détaille les grandes lignes de cette entreprise.

Qu’est-ce que SWIM ?

C’est une plateforme inédite qui met en relation des cabinets d’avocats avec des avocats dits « freelance » hautement qualifiés. Elle facilite leur rencontre, en respectant une charte de qualité rigoureuse, grâce à un algorithme de matching avancé visant à assurer la compatibilité entre les attentes des cabinets et celles des avocats pour remplir une mission ponctuelle.

Pourquoi avoir créé SWIM ?

Une récente enquête du Conseil national des barreaux a révélé que 73 % des cabinets d’avocats rencontrent des difficultés pour recruter. Le processus prend du temps, est parfois coûteux et il n’est jamais certain que le profil sélectionné s’intégrera au reste de l’équipe. Étant moi-même avocat, je connais les contraintes et les freins de croissance des cabinets. J’ai donc conçu SWIM pour répondre aux préoccupations des structures, mais également aux attentes des professionnels.

La plateforme permet en outre la création d’une nouvelle méthode d’exercice de la profession. Après le statut d’avocat associé, de collaborateur et d’avocat indépendant, il s’agit d’une quatrième forme d’exercice : l’avocat « freelance ». Elle répond à une demande des professionnels qui, depuis la pandémie, ont parfois choisi de s’installer en province, loin des grandes firmes parisiennes, et qui sont demandeurs de missions ponctuelles en complément de leur activité locale pour diversifier leurs sources de revenus. C’est également une alternative concrète aux critiques et impasses du contrat de collaboration qui permet aux avocats de continuer à travailler pour une multitude de cabinets avec une liberté totale. SWIM est une plateforme qui relie un dossier avec l’avocat adéquat tout en préservant la relation que le cabinet entretient avec son client. En effet, les compétences ne sont plus concentrées à Paris, elles sont réparties sur l’ensemble de l’hexagone. Notre legaltech permet de faire se rencontrer les intérêts de tous les avocats.

Quels types de cabinets auraient intérêt
à recourir à un avocat « freelance » ?

Tous les types de cabinets peuvent être intéressés. D’abord les structures de petite taille peuvent avoir des besoins ponctuels pour le traitement d’un dossier. Faute de pouvoir investir dans le recrutement d’un collaborateur qui ne serait pas toujours occupé à temps plein, ils peuvent demander l’appui d’un avocat freelance – que nous appelons swimee – pour une durée limitée : une journée, une semaine, un mois, sur place ou à distance… Le recours au swimee permet aussi de pallier, par exemple, l’absence d’un professionnel parti en congé maternité ou paternité.

Pour les plus grands cabinets qui cherchent à recruter un collaborateur à temps plein, le processus d’embauche réclame un certain temps. Dans cette attente, au lieu de submerger les équipes en place et pour prendre le temps de la réflexion, le recours à un swimee est l’option idéale. Grâce à notre plateforme automatisée, l’équipe dispose d’une nouvelle ressource qualifiée en trois jours. C’est un recrutement qui ne génère aucun coût fixe supplémentaire pour le cabinet et qui permet l’extension de l’équipe dans un délai limité.

Comment fonctionne la plateforme ?

Les cabinets et les avocats doivent créer leurs profils et payer un abonnement dont le tarif dépend de leurs attentes. Les cabinets déposent leur annonce et les candidats précisent leurs compétences en répondant à un certain nombre de critères : leur spécialité juridique, ce qu’ils savent faire (audit, consultation, contentieux), leurs soft skills, etc. L’algorithme travaille alors et propose au cabinet une sélection de cinq candidats qui matchent avec leurs attentes, en précisant pour chacun un pourcentage de compatibilité. La plateforme propose également un simulateur de taux horaire (facultatif), permettant de déterminer le tarif en fonction des caractéristiques de la mission et du profil du swimee. Cette approche garantit une rémunération équitable pour le swimee tout en préservant la marge du cabinet, évitant ainsi une sélection des profils basée uniquement sur les prix. Un devis est ensuite envoyé et signé entre les parties et le cabinet paiera directement l’avocat à la fin de sa mission.

Par la suite, notre service client vérifie auprès des cabinets et des avocats que la mission s’est bien déroulée. L’objectif est de créer un environnement de travail sain, serein et bienveillant.

Vous avez déjà séduit 500 avocats.
Quelles sont les prochaines étapes pour SWIM ?

Nous avons lancé une levée de fonds réservée aux avocats1 pour leur permettre de soutenir notre projet tout en acquérant du chiffre d’affaires. Les avocats peuvent ainsi devenir investisseurs, clients et donc ambassadeurs. Nous leur offrons une rétrocession sur le chiffre d’affaires de la société sur une période de cinq ans, visant une rentabilité exceptionnelle de 200 % sous condition bien sûr de performances satisfaisantes. Notre objectif est de lever jusqu’à 150 000 €. Ces liquidités permettront à l’entreprise d’entrer dans une nouvelle phase de croissance visant à impliquer toute la profession dans cette révolution du modèle d’exercice en freelance. La levée de fonds se terminera officiellement le 15 décembre 2023. 

Romain Rattaz rejoint Squair

- 446 vues

Le bureau parisien de Squair annonce l’arrivée de Romain Rattaz comme associé. Il intervient en droit de l’immobilier et de…

Latham promeut Thomas Doyen

- 435 vues

Latham & Watkins annonce la nomination, à compter du 1er mars, de Thomas Doyen au rang d’associé. Âgé de 35 ans,…

Christophe Digoy quitte Goodwin

- 640 vues

On les pensait associés à jamais, Christophe Digoy et Maxence Bloch se sont pourtant séparés. Du moins professionnellement.…

Création d’Altarion Avocats

- 496 vues

Christophe Linares et Guillaume Allegre annoncent l’ouverture d’Altarion Avocats. Le cabinet propose des expertises en fusions-acquisitions,…

L'agenda de la semaine - n°1525

- 7473 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté…

Naissance de la legaltech White Alert

- 6671 vues

Le cabinet Ayache propose un dispositif numérique de lancement d’alertes conforme à la loi Sapin 2, qui impose aux entreprises de…

Consultation publique de l’AMF

- 6563 vues

L’Autorité des marchés financiers a fait le constat d’une augmentation encore trop lente de la proportion des fonds d’investissement…

Fieldfisher x Euronext

- 8407 vues

Fieldfisher est partenaire d’Euronext dans le cadre du déploiement de la nouvelle édition de son programme FamilyShare, destiné…

Mémoires d’un avocat international

- 7190 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté…

Violations du RGPD

- 7957 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté…

Abandon du projet DataJust

- 6967 vues

Selon une information du site acteurspublics.fr, qui n’a pas encore été confirmée par la Chancellerie, le développement…

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne