Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

« Nous réfléchissons au développement de l’expertise dans le cadre des modes alternatifs de règlement des différends »

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d’Affaires, N° 1320 du 09/10/2017

À l’occasion des vingt ans de Finexsi, la Lettre des juristes d’affaires a souhaité retracer l’évolution des pratiques de l’évaluation des préjudices. Quel marché ? Quel profil d’expert ? Quelles pratiques ? Quel avenir ? Autant de questions auxquelles ont répondu Olivier Péronnet et Olivier Courau, associés du cabinet.

Image
Comment était organisé le marché de l’évaluation des préjudices il y a 20 ans ?
Olivier Péronnet : Il existait alors peu de cabinets de niche, et le marché était surtout tenu par les Big. Notamment dans le cadre de l’arbitrage, l’expertise était leur domaine quasi-exclusif. L’affaire Enron, l’évolution des règles d’indépendance et les incompatibilités, ont conduit à l’émergence de nouveaux acteurs comme Finexsi. Les pratiques se sont professionnalisées et l’évaluation financière est aujourd’hui indispensable pour objectiver les débats.
Olivier Courau : Notre spectre d’intervention a toujours été large car l’évaluation financière est nécessaire dans les litiges financiers, les sinistres industriels, les dossiers de concurrence déloyale, etc. À l’époque, le préjudice relevait exclusivement de l’analyse menée par l’expert judiciaire, c’est-à-dire celui nommé par le juge. Sous l’influence des pratiques anglo-saxonnes, son évaluation des préjudices a été mise en concurrence avec celle des parties qui ont ellesmêmes mandaté des experts pour établir leur propre analyse du dossier.

Comment s’assurer de l’indépendance de telles expertises ?

 

Création du cabinet Nexa Avocats

- 497 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 470 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 438 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 497 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

Création du cabinet Ollyns

- 715 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 470 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 425 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne