Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Pas de coaching sans déontologie

Par Emmanuelle Vignes

Le coaching fait progressivement son apparition dans les cabinets d’avocats depuis quelques années. Les intervenants viennent de plus en plus du monde de l’entreprise et certains sont d’excellents professionnels. Reste que le marché est attractif et il est important de bien choisir son coach.

C’est pour moi l’occasion de rappeler quelques principes déontologiques importants dans le processus de sélection d’un coach. De telles informations contribueront, je l’espère, à ce que vous puissiez faire un choix dans les meilleures conditions, le taux horaire n’étant pas le meilleur des indicateurs.

Le mot important ici est déontologie. Le coach lui-même doit être porteur de cette déontologie. Voici, en substance, les principales règles que vous pouvez retrouver sur le site de la Société Française de Coaching (SFCoach) :

1 – Concernant le coach lui-même.

Voici quelques prérequis non négociables : le coach doit avoir suivi une formation solide, avoir eu une expérience en entreprise, et avoir un lieu thérapeutique personnel ou en groupe tout au long de ses années d’exercice, ainsi qu’un lieu de supervision (cf. fiche du 7 juillet 2006). Il est également tenu de s’astreindre au secret professionnel. Le coach a une obligation de moyens : il ne peut pas s’engager par nature sur les résultats mais bien sur les moyens mis à disposition de son client.

2 – Concernant son client.

Le coach est tenu de respecter son client. Il ne doit pas exercer un pouvoir « sur » la personne, tel un gourou. Il ne doit pas abuser de son influence. Il doit protéger son client en l’acceptant inconditionnellement, tel qu’il est. Dans une démarche de coaching, la personne est toujours plus importante que les objectifs. Il rappelle à son client que nous sommes les premiers responsables des résultats que nous obtenons. Il laisse donc l’entière responsabilité de ses décisions et ses actes à son client.

3- Concernant le cabinet.

Le coach a un devoir de clarification à mettre en place entre le commanditaire (le cabinet), le client (l’associé, le collaborateur, le responsable administratif), et lui-même. Il met au clair la demande et les objectifs du coaching et son processus ; il contribue à la réussite du travail qui en découle. Il ne peut en aucun cas être le « nettoyeur » au service de l’organisation, le complice ou l’instrument de la hiérarchie. Le processus imposé par une déontologie et une éthique sans failles, permet d’éviter ce piège plus ou moins consciemment tendu par certains.

La profession n’étant pas encore réglementée strictement, c’est à chaque coach, homme ou femme, de se forger ses propres règles éthiques et déontologiques.

Osez poser les questions qui tournent autour de la déontologie. C’est de votre responsabilité, également.

Reste qu’un bon indicateur est encore la recommandation, mais qui n’empêche pas de se renseigner sur la pratique et l’expérience. N’attendez pas d’un coach qu’il vous donne des références clients (confidentialité), mais il peut vous donner une idée du type de clientèle, de problématiques, de volume d’activité.

Soyons responsables, ensemble.

Activisme actionnarial

- 451 vues

Pour la sixième année, le cabinet Skadden Arps publie son rapport sur l’activisme actionnarial intitulé « Activist Investing...

Bredin Prat promeut 6 counsels

- 570 vues

Bredin Prat annonce la nomination de 6 nouveaux counsels en Concurrence, Corporate, Restructuring, Contentieux et Arbitrage international. Le cabinet compte...

Bredin Prat promeut 6 counsels

- 570 vues

Bredin Prat annonce la nomination de 6 nouveaux counsels en Concurrence, Corporate, Restructuring, Contentieux et Arbitrage international. Le cabinet compte...

Création d’Emeriane Avocats

- 510 vues

Juliane Dessard Jacques et Eole Rapone annoncent la création d’Emeriane Avocats, dédié au droit des sociétés et...

Activisme actionnarial

- 451 vues

Pour la sixième année, le cabinet Skadden Arps publie son rapport sur l’activisme actionnarial intitulé « Activist Investing...

Forum anti-corruption de l’OCDE

- 436 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Shake the Law, 2e édition

- 500 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Concentrations en 2020

- 471 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne