Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Arrêter un coaching

Par Emmanuelle Vignes

« Je suis prêt à entamer un coaching mais je voudrai savoir quand ça se termine et si je peux interrompre à tout moment ».

REPONSE

Comme toute démarche d’accompagnement, le contrat de coaching a un début et une fin définis contractuellement. Avant d’entamer leur travail, le coach et le coaché signent un contrat dans lequel est stipulé un certain nombre d’éléments, utiles au bon déroulement de la démarche, parmi lesquels figurent le nombre de séances et le rythme auquel elles seront tenues.


Dans le cas d’un coaching individuel, ces deux éléments varient d’un contrat à l’autre. En fonction des besoins ou encore en fonction de la demande. Le plus souvent, un accompagnement se fait sur une dizaine de séances réparties sur quatre à cinq mois. Mais il peut aussi durer un an, deux ans. Ces réunions de travail sont souvent programmées à l’avance, ce qui permet à chacun de gérer au mieux son emploi du temps. Ainsi, chacun connaît la date de fin du coaching : en juin, en décembre, etc.


La phase finale du coaching est une étape délicate car c’est le moment pour le coaché de faire le point sur ses avancées avec son coach et aussi face à lui-même : a-t-il atteint ses objectifs ? Si oui, que peut-il faire maintenant ? Quelle va être la prochaine étape pour lui ? Si non, pourquoi n’y est-il pas arrivé ? Etc. Certains coachs travaillent avec un questionnaire de fin de contrat, qui permet à leur client d’ancrer ce qu’il a appris ou le travail qu’il a accompli.


Il peut aussi arriver que l’une ou l’autre des parties décide d’interrompre prématurément le processus. Et cette éventualité est, normalement, abordée en début de coaching, voire contractualisée. Certains coachs vous diront que quoiqu’il arrive il faut aller jusqu’au bout ; d’autres vous diront qu’il est possible d’interrompre les cessions sous conditions particulières ; d’autres encore n’évoqueront même pas cette issue. Dans ce dernier cas, vous pouvez tout à fait aborder ce point dès le départ et de votre propre initiative.


Il y a beaucoup de raisons possibles d’arrêter un coaching.


De la part du coaché d’abord. Il se peut qu’il ne voie pas ou plus, en toute bonne foi, l’utilité de la démarche. Son niveau de frustration est alors trop élevé et il désire mettre un terme aux réunions de travail. Le coaching demandant également un certain investissement en terme de temps, le client peut avoir l’impression de perdre le sien, même si cela se passe très bien avec son coach. Et c’est indispensable qu’il lui en fasse part au plus vite. Parfois la discussion qui en découle est si fructueuse qu’elle permet au coaché de repartir de plus belle ! Il se peut, aussi, que la relation entre le coaché et le coach se dégrade au fil des séances. Je rappelle à ce titre l’importance de vous assurer que votre coach soit supervisé. Il se peut que le coaché pense être arrivé à son objectif avant le terme du contrat. Il y a certainement d’autres raisons encore.


De la part du coach maintenant. Le coach peut également décider d’interrompre un coaching en cours. S’il sent que le client émet une trop grande résistance et qu’après en avoir discuté avec lui, il ne voit pas de (volonté de) changement. Il se peut qu’il se mette à projeter son histoire personnelle sur lui, malgré lui. Le coach peut également se sentir manipulé par la direction ou par le coaché. Il peut réaliser qu’il sert d’alibi ou de faire-valoir à son client ou à la direction de son client, ce qui est évidemment très loin de la philosophie du coaching.

Bref, les deux parties peuvent très bien mettre un terme au contrat prématurément mais il est fortement déconseillé de le faire brutalement.


Quoiqu’il arrive, il est essentiel :

- que ce point soit abordé au moment où vous décidez d’entamer le coaching ;
- de ne jamais quitter un coach ou un coaché sans qu’une dernière réunion ait eu lieu.

Même si cela vous est pénible, il faut clore correctement la démarche. Et si besoin, avec le cabinet s’il est prescripteur. Et que ce soit de votre fait ou du sien, si votre coach est professionnel, il vous le demandera.

Activisme actionnarial

- 454 vues

Pour la sixième année, le cabinet Skadden Arps publie son rapport sur l’activisme actionnarial intitulé « Activist Investing...

Bredin Prat promeut 6 counsels

- 573 vues

Bredin Prat annonce la nomination de 6 nouveaux counsels en Concurrence, Corporate, Restructuring, Contentieux et Arbitrage international. Le cabinet compte...

Bredin Prat promeut 6 counsels

- 573 vues

Bredin Prat annonce la nomination de 6 nouveaux counsels en Concurrence, Corporate, Restructuring, Contentieux et Arbitrage international. Le cabinet compte...

Création d’Emeriane Avocats

- 510 vues

Juliane Dessard Jacques et Eole Rapone annoncent la création d’Emeriane Avocats, dédié au droit des sociétés et...

Activisme actionnarial

- 454 vues

Pour la sixième année, le cabinet Skadden Arps publie son rapport sur l’activisme actionnarial intitulé « Activist Investing...

Forum anti-corruption de l’OCDE

- 436 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Shake the Law, 2e édition

- 500 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Concentrations en 2020

- 471 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne