Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Cinq cabinets sur l’IPO de Farfetch

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires n°1367 - du 08 octobre 2018

La plateforme e-commerce britannique Farfetch, dédiée aux vêtements et accessoires de luxe, s’est introduite sur le New York Stock Exchange le 21 septembre dernier. Elle a cédé plus de 42 millions d’actions sur le marché, levant à cette occasion 885 M$.

La valorisation de l’entreprise, fondée il y a 10 ans par l’entrepreneur portugais José Neves, a atteint 7 Md$ lors de son IPO. Farfetch et ses actionnaires avaient fixé le prix à 20 $ par action, au-dessus de la fourchette indicative retenue entre 17 et 19 $. Le titre s’est toutefois ouvert à 27 $, atteignant 28,45 $ à la clôture, soit une hausse de 42,25 %.

Farfetch a annoncé au premier semestre 2018, des pertes atteignant 68 M$ contre 29 M$ l’an dernier à la même période.

Mais, la société compte de solides investisseurs, comme la famille Pinault. En février dernier, elle a même fait entrer Chanel à son capital.

Le géant chinois de l’e-commerce, JD.com, déjà actionnaire de l’entreprise après y avoir investi 397 M$ en juin 2017, a profité de l’entrée en Bourse pour acquérir des actions supplémentaires dans le cadre d’un placement privé.

Enfin, en 2016, la société avait également bouclé une série F de 110 M$, essentiellement abondée par les trois nouveaux entrants de l’époque, Temasek, IDG Capital Partners et Eurazeo Croissance.

Actionnaire minoritaire de la société londonienne depuis cette date, ce dernier ayant investi 25 M$, Eurazeo a conservé sa participation dans le cadre de l'IPO. À la clôture du premier jour de cotation, sa participation était valorisée 106 M$.

Les bureaux de New York et de Londres de Latham & Watkins ont conseillé FarFetch en marchés de capitaux.

Baker McKenzie a épaulé un autre groupe d’actionnaires, incluant Eurazeo, avec Matthieu Grollemund, associé, et Hélène Parent.

À Londres, Sanghaï et New York, Orrick a épaulé les actionnaires JD.com, Conédast, ainsi que Vitruvians Partners, ce dernier cédant ses actions.

Fenwick & West a représenté les souscripteurs, Goldman Sachs, J.P. Morgan, Allen & Co and UBS.

Allen & Overy a représenté les assureurs.

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 406 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 410 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 410 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Ollyns

- 654 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 406 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 421 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne