Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Libéralisation du ferroviaire : gare aux voies de recours !

Par Adrien Giraud, associé, et Charles Petit, cabinet Latham & Watkins

Après l’adoption entre 2016 et 2019 d’un cadre réglementaire particulièrement détaillé (3 directives et 2 règlements au niveau européen, 4 ordonnances et divers décrets au niveau français), la libéralisation du transport ferroviaire de passagers entre dans sa phase opérationnelle : les opérateurs alternatifs se positionnent et les régions préparent leurs appels d’offres.

La particularité de l’infrastructure ferroviaire explique la complexité du cadre réglementaire. D’abord, il y a en réalité plusieurs infrastructures ferroviaires auxquelles les opérateurs alternatifs doivent pouvoir avoir accès : les voies bien sûr, mais également les gares et les centres de maintenance.

Par ailleurs, contrairement aux précédents en matière de libéralisation (énergie, télécommunications), où la coexistence de différents utilisateurs de l’infrastructure ne posait pas de problème particulier, la libéralisation du ferroviaire nécessite d’organiser la façon dont les rames de différentes compagnies accèdent simultanément aux mêmes voies. Schématiquement, deux solutions sont envisageables pour organiser la concurrence :

■ soit plusieurs opérateurs coexistent sur une même voie mais sur des sillons différents (on parle alors de concurrence sur le marché) ;

■ soit le service sur une voie donnée fait l’objet d’un appel d’offres et le gagnant opère seul pendant la durée du contrat (concurrence pour le marché).

La première solution a été retenue pour les lignes dites commerciales, c’est-à-dire essentiellement les lignes TGV. Dans ce cas, de nouveaux opérateurs pourront bientôt exploiter des services sur les mêmes lignes que SNCF Voyageurs (par exemple, Flixtrain est annoncé sur les lignes Paris Bercy-Lyon/Nice/Toulouse). La seconde concernera les lignes dites conventionnées, c’est-à-dire essentiellement les lignes TER. Dans ce cas, les régions attribueront par appels d’offres les contrats de service public de transport ferroviaire de voyageur ; plusieurs d’entre elles (Hauts de France, Sud, Grand Est) s’apprêtent à lancer les premiers appels d’offres qui peuvent légalement avoir lieu dès le 3 décembre 2019.

Le législateur a également eu le souci d’établir une réglementation détaillée avant que le marché ne soit ouvert, là où, en matière de télécommunication par exemple, il avait préféré réglementer a minima l’accès à la boucle locale et laisser l’autorité sectorielle régler les difficultés pratiques une fois le marché ouvert. Par exemple, le décret n° 2019-851 du 20 août 2019 dresse une longue liste d’informations que les AOT peuvent exiger de SNCF Voyageurs afin d’organiser leurs appels d’offres (offre théorique et réalisée, retards et suppressions, matériel roulant et maintenance, ventes, abonnements et commissions versées, comptes de résultats, ressources humaines, etc.). L’ARAFER s’est pourtant montrée critique quand le projet de décret lui a été soumis pour avis : elle a notamment recommandé – en vain – que certaines informations soient irréfragablement réputées disponibles, afin que l’opérateur historique ne puisse freiner leur transmission (les informations « disponibles » doivent être transmises dans un délai mois, la procédure est plus longue lorsqu’elles sont « non disponibles »). Plusieurs autres recommandations de l’ARAFER n’ont pas été suivies par le gouvernement.

La mise en application prochaine de cette réglementation détaillée et complexe laisse présager de nombreux contentieux devant l’ARAFER, voire devant l’Autorité de la concurrence. Cela ne serait pas nécessairement une mauvais nouvelle ; au contraire, si la libéralisation du ferroviaire ne donnait lieu à aucun contentieux de ce type, cela suggérerait une absence d’intérêt des opérateurs alternatifs – et donc un véritable échec pour les pouvoirs publics. 

Création du cabinet Nexa Avocats

- 501 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 472 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 438 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 501 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

Création du cabinet Ollyns

- 717 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 472 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 427 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne