Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

David Syed quitte Orrick pour rejoindre Dentons à Londres

Paru dans La Lettre des Juristes d’Affaires, N° 1326 du 20/11/2017

On savait que David Syed avait quitté le marché parisien depuis quelques mois pour rejoindre le bureau de Londres d’Orrick. Mais c’est à une nouvelle étape de son développement que l’avocat passe aujourd’hui.

Après quinze ans passés au sein de la firme américaine, il a rejoint les équipes londoniennes de Dentons en début de mois comme associé en charge de la pratique de conseil aux Etats souverains. Il vient également renforcer l’activité corporate, particulièrement sur les opérations internationales. Comme à son habitude, il risque d’être rarement derrière son bureau. L’associé spécialisé en financement a « la bougeotte » et ses dossiers l’amènent à faire régulièrement le tour du monde.

Le cabinet annonce déjà qu’il partagera son temps entre Londres, l’Europe continentale, les Etats-Unis, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine. La presse internationale le cite d’ailleurs en ce moment comme conseil du Vénézuela dont la dette vient d’être placée en défaut partiel par Standard & Poor’s Global Rating invoquant le non paiement d’un coupon. Caracas aurait mandaté Dentons pour négocier avec les créanciers. Or c’est David Syed qui serait en première ligne sur ce dossier, rompu aux négociations financières internationales. Il a d’ailleurs lui-même habité au Vénézuela durant son enfance, notamment dans la forêt amazonienne.

Agé de 53 ans, il est diplômé de l’université d’Exeter (1987) et de l’université de Reims (1987). Il a débuté sa carrière comme juriste au sein du groupe Renault, avant de devenir avocat chez Watson Farley & Williams en 1992 dont il devient associé. En 2002 il part avec une majorité de l’équipe pour ouvrir le bureau parisien d’Orrick Herrington & Sutcliffe et entreprend le développement de la marque en France. Mais le positionnement quasi-exclusif en financement ne permet pas au bureau de s’imposer sur la place. Il a besoin de devenir full-service. Sur les conseils de Bernard Attali, il est à l’initiative du rapprochement avec les équipes de Rambaud Martel le 1er janvier 2006. Le cabinet devient alors l’un des grands acteurs de la place. David Syed devient membre du board et du comité de management de la firme. Il prend également la tête de la pratique finance au plan international. Il demeure néanmoins très discret sur son activité et sur ses clients.

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 447 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 529 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 482 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 429 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne