Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

« La protection des lanceurs d’alerte serait la meilleure alliée de la protection de la souveraineté économique française »

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires n°1390 du 25 mars 2019

Le 12 mars dernier, les états-membres de l’Union européenne ont conclu un accord sur les contours de la future directive européenne qui protégera les lanceurs d’alerte dénonçant des infractions. Décryptage par l’avocat parisien William Bourdon, défenseur de lanceurs d’alerte et fondateur de l’association SHERPA.

La France souhaitait contraindre les lanceurs d’alerte à un signalement en interne avant de prévenir les autorités et le public. Les états européens se sont finalement mis d’accord sur la totale liberté de choix, par le lanceur d’alerte, du canal de diffusion. Est-ce une bonne nouvelle ?

Au moment de l’adoption de la loi Sapin 2, j’ai dit que s’il était souhaitable d’encourager les défenseurs d’alerte à signaler les infractions en interne, il ne fallait cependant pas en faire une obligation, il n’y avait pas de raison de l’imposer. En effet, quelle que soit la qualité du dispositif de signalement en interne, les révélations peuvent avoir un impact tel, notamment dans le secteur financier, que parfois le signalement est écrasé et le lanceur d’alerte est licencié ou évincé, par peur de l’effet domino. Je ne suis pas mécontent que les acteurs européens l’aient compris. Les dispositions de la loi Sapin 2 devront être amendées sur ce point qui est crucial pour les lanceurs d’alerte. Ils doivent pouvoir, en fonction des caractéristiques de l’espèce, de leur stratégie et de leur conscience, faire ce qu’ils veulent.

Le projet de texte insiste sur la notion de « canal sûr » qui doit pouvoir être employé par les lanceurs d’alerte pour faire leurs signalements. Quels pourraient être ces canaux sûrs ?

Le lanceur d’alerte peut vouloir se placer dans l’écrin d’une relation personnelle avec un avocat, par exemple, et nous nous employons avec certains confrères à essayer de proposer une stratégie la plus fine possible en fonction de chaque situation personnelle. Par ailleurs, il ne me semble pas qu’il y ait une grande mobilisation de nos Ordres professionnels sur ce sujet. Dans le cadre de la 3e puis de la 4e directive anti-blanchiment, qui prévoit les déclarations de soupçon faites par un avocat avec le filtre du bâtonnier, cette procédure ne semble guère utilisée - c’est une litote. En effet, comme le souligne chaque année Tracfin, huissiers et notaires en adressent davantage (NDLR, selon le dernier rapport Tracfin, en 2017, les avocats n’ont adressé aucune déclaration de soupçon, alors que 1 401 émanaient des notaires et 109 pour les huissiers), c’est pour le moins singulier. La loi offre au lanceur d’alerte un autre canal: celui de se placer sous la protection du défenseur des droits, auprès duquel une procédure dédiée est en train de se mettre en place. Le texte prévoit la possibilité d’accorder des immunités (ce qui est exceptionnel) au lanceur d’alerte, notamment dans les cas les plus graves, mais nous n’avons pas encore de visibilité sur la jurisprudence. On rappellera que cette immunité est impossible s’agissant de la violation du secret médical, du secret professionnel ou du secret-défense.

Le dispositif de protection qui sera mis en place au sein de l’Union européenne sera-t-il, selon vous, suffisant ?

Il existe un trou noir, qui est celui du secret-défense. La question de la menace terroriste annihile, congèle toute velléité d’y porter atteinte. Elle crée une forme d’inhibition à l’idée de contrarier le travail des services secrets et cela risque de durer encore plusieurs années. S’agissant des limites extraterritoriales de la loi Sapin, elle devrait être d’application plus large et s’étendre aux filiales et sous-filiales d’entreprises françaises, même si elles ne sont pas directement contrôlées par elles, dès lors qu’elles le sont de fait et sur ce point il existe des critères précis précis en droit positif. Trop souvent les entreprises françaises développent des politiques de compliance qui n’ont vocation qu’à être des écrans, des boucliers contre les juges alors que des mécanismes de dissimulation se mettent en place sur d’autres territoires.

Prévoir une procédure de protection efficace et ambitieuse pour les lanceurs d’alerte ne pourrait-il pas, au contraire constituer un élément de nature à améliorer la compétitivité ?

En effet, plus les lanceurs d’alerte seront protégés dans leur pays, plus les agents économiques extérieurs devront constater que la prévisibilité du risque est assurée. Une protection renforcée aura l’avantage de couper l’herbe sous le pied aux officines qui veulent instrumentaliser ces questions. Mais ce n’est pas le point de vue de certains managers, qui sont dans une logique court-termiste, alors qu’une protection effective des lanceurs d’alerte peut favoriser une meilleure rentabilité de l’entreprise à long terme. La logique de l’entre soi reste encore assez vive en France et elle est synonyme d’une culture de l’irresponsabilité. Or, les entreprises doivent accepter, puisqu’elles le revendiquent elles-mêmes, les conséquences d’être des nouveaux acteurs de la protection des intérêts publics. La protection des lanceurs d’alerte est en réalité la meilleure alliée de la protection de la souveraineté économique de la France, mais c’est une conception qu’une partie de la classe politique, qui s’entête dans un combat souverainiste d’arrière-garde, ne veut pas voir. 

Rivière Avocats Associés coopte

- 423 vues

Rivière Avocats Associés, spécialisé en droit de l’immobilier, a n n o n c e l e s cooptations de quatre associés,…

LE TOP 40 des AVOCATS DU CAC 40

- 1029 vues

Pour la deuxième année consécutive, le magazine Forbes publie, en partenariat avec la LJA , une enquête sur les 40 avocats…

Racine annonce la nomination de huit counsels

- 473 vues

Racine nomme Quentin Cournot (droit fiscal), Laurianne Cunha (droit social), Agatha Cruceru (droit social), Lisa Ducani (restructuring), Caroline Hazout-Nakache…

De la loi Sapin 2 à la loi Sapin 3

- 529 vues

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées…

Cinq cabinets sur le LBO de Valiantys

- 431 vues

Keensight Capital prend une participation majoritaire au capital de Valiantys, dans le cadre d’un LBO structuré avec l’équipe…

Julia Kalfon rejoint Squair

- 471 vues

Squair renforce son équipe contentieux, avec l’arrivée de Julia Kalfon comme associée.

Taylor Wessing nomme 4 counsels

- 457 vues

Taylor Wessing annonce la promotion, au titre de counsel, d’Axel Ferly (droit commercial et économique), Julie Filliard (droit social), Camille…

Cinq cabinets sur le LBO de Valiantys

- 431 vues

Keensight Capital prend une participation majoritaire au capital de Valiantys, dans le cadre d’un LBO structuré avec l’équipe…

Julia Kalfon rejoint Squair

- 471 vues

Squair renforce son équipe contentieux, avec l’arrivée de Julia Kalfon comme associée.

Cassandre Porgès intègre Hogan

- 512 vues

Hogan Lovells renforce sa pratique bancaire et financement, avec l’arrivée de Cassandre Porgès en qualité d’associée.…

Squair s’implante à Aix-en-Provence

- 516 vues

Après l’ouverture de bureaux à Bordeaux, Nantes et Lyon (cf. LJA 1541), Squair renforce cette fois-ci sa présence dans le Sud-Est…

Fabrice Veverka rejoint Willkie Farr

- 695 vues

Quelle trajectoire de carrière pour Fabrice Veverka ! À 43 ans, l’avocat va rejoindre, dans les prochaines semaines, le cabinet Willkie…

Lancement du cabinet d&a partners

- 701 vues

Le développement de la blockchain et le Web3 sont au coeur de toutes les attentions. Si l’offre juridique est principalement portée…

Création de Maco Avocats

- 550 vues

Nathalie Maire et Mélanie Conoir créent Maco Avocats, un cabinet dédié au droit social. Les fondatrices conseillent les entreprises…

Pierre-Emmanuel Frogé rejoint BCLP

- 612 vues

Bryan Cave Leighton Paisner annonce l’arrivée de Pierre-Emmanuel Frogé, en qualité de counsel, pour développer la pratique…

Squair ouvre un bureau à Lyon

- 694 vues

Quelques semaines après son troisième anniversaire, Squair renforce sa présence régionale, avec l’ouverture d’un…

L'agenda de la semaine - n°1525

- 3141 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté…

Naissance de la legaltech White Alert

- 3357 vues

Le cabinet Ayache propose un dispositif numérique de lancement d’alertes conforme à la loi Sapin 2, qui impose aux entreprises de…

Consultation publique de l’AMF

- 3286 vues

L’Autorité des marchés financiers a fait le constat d’une augmentation encore trop lente de la proportion des fonds d’investissement…

Fieldfisher x Euronext

- 3750 vues

Fieldfisher est partenaire d’Euronext dans le cadre du déploiement de la nouvelle édition de son programme FamilyShare, destiné…

Mémoires d’un avocat international

- 3854 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté…

Violations du RGPD

- 3370 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté…

Abandon du projet DataJust

- 3688 vues

Selon une information du site acteurspublics.fr, qui n’a pas encore été confirmée par la Chancellerie, le développement…

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne