Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Le rôle crucial de l’avocat dans la formation

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires N°1340 du 5 mars 2018

Leur rôle dans la médiation est très souvent sous-estimé par les avocats. Sans doute faute de connaissance de la méthode et du déroulement du processus. Et puis, l’avocat doit s’éloigner des réflexes trop judiciaires pour accueillir toute la force de la médiation.

Il ne suffit pas de s'adapter. Certains n’y sont pas prêts. L’avocat a pourtant un rôle à tenir, un rôle positif et même déterminant. Association et alliance en sont les mots-clés. L’avocat doit savoir que le médiateur est son allié et réciproquement.


À lire : Retour d’expérience : la formation CMAP à la médiation

Quelques points saillants :

Hors de tout conflit, c’est lui qui peut suggérer une clause dans un contrat. Même si de plus en plus de juristes comme Pierre Jérôme Abric, sont déterminés à intégrer l’amiable dans tous leurs contrats, l’avocat reste le principal prescripteur de la médiation. Sébastien Mendès Gil, avocat et médiateur, rappelle aussi que dans le code de déontologie européen de la profession, le premier rôle de l’avocat est de proposer une solution amiable.

Lorsque le conflit est enclenché mais qu’on se dirige vers la médiation, l’avocat doit la préparer et former le client à ce processus. Il doit aussi l’aider dans le choix du médiateur.


À lire : Trois questions à Sophie Henry, Déléguée générale, CMAP

Pendant la médiation, l’avocat doit jouer un rôle très actif. Il forme une équipe avec son client, et il est son négociateur. Il doit aussi entendre l’autre partie qui s’exprime comme rarement, suivre l’avancée du processus et anticiper chaque étape. Son analyse du litige et du risque seront précieuses. L’avocat participe pleinement à la MeSoRe (meilleure solution de rechange), c’est à dire ce qui se passera s’il n’y a pas d’accord. En général, c’est la voie du procès. Or évaluer l’aléa judiciaire est sa spécialité. Pendant les plénières, il est apparemment plus en retrait et surtout il ne doit pas se placer dans le contradictoire. Pendant les apartés, il remonte au créneau, surtout sur les questions juridiques dont il est le seul expert. Enfin, à la fin du processus, il va rédiger l’accord, voire le faire homologuer. Beaucoup de travail et à forte valeur ajoutée ! Sans connaissance du mécanisme, l’avocat ne peut jouer son rôle.

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 447 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 529 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 482 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 429 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne