Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Le risk management échappe au juridique

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d’Affaires, N° 1318 du 25/09/2017

L’AMRAE vient de publier son étude sur le profil type du risk manager. En partenariat avec PwC, l’enquête permet d’apporter un éclairage, tous les deux ans, sur l’évolution de cette fonction atypique et moderne mêlant financier et réglementaire. Or dans l’immense majorité des entreprises, elle échappe toujours à la sphère de la direction juridique.

Pour cette cinquième édition du baromètre du risk manager, plus de 270 personnes exerçant les métiers de la gestion des risques ont répondu au questionnaire en ligne. Plusieurs enseignements sont à tirer de leurs réponses. Tout d’abord quant au profil du risk manager qui est principalement un salarié expérimenté. 53 % des sondés sont âgés de plus de 45 ans, avec une proportion qui atteint 64 % chez les top managers. Si plus d’un manager sur deux est un homme, l’étude note que les femmes représentent désormais 45 % des répondants (contre 41 % en 2015 et 28 % en 2013).

Image


L’un des répondants à l’étude précise : « au-delà d’exiger un profil qui correspondait aux attentes, le management de mon entreprise affichait une volonté claire de féminiser l’équipe de direction finance et donc de privilégier le recrutement d’une femme pour ce poste ». François Malan, vice président de l’AMRAE, par ailleurs directeur de la gestion et du contrôle des risques de Nexity, ajoute : « La fonction présuppose des qualités qui s’accordent souvent avec celles des femmes : l’écoute, la réceptivité, le management collectif, l’organisation ». Et les chasseurs de têtes le confirment : les entreprises cherchent plus souvent des femmes pour ces postes de top managers.

Les missions
Le risk manager est en charge de la diffusion d’une culture du risque dans l’entreprise (82 %), il prend part aux activités d’appréciation du risque (79 %) c’est-à-dire qu’il assure la mise en place de cartographies et d’outils pour analyser le risque. Il prend également part aux activités de maîtrise des risques (70 %) c’est-à-dire prépare et met en oeuvre les plans d’actions. 32 % des répondants ont également indiqué être en charge du contrôle interne et 18 %, de la conformité.

La palette de risques les plus ciblés s’est cette année enrichie du domaine de la cybersécurité (elle arrive en troisième position des risques traités, contre une sixième place en 2015). On constate également une augmentation de l’intervention des risk managers sur des sujets de conformité (77 %, contre 59 % en 2015) et sur les risques sûreté/sécurité. Des données qui s’expliquent par une pression réglementaire de plus en plus forte tant au niveau européen qu’interne.

C’est sans doute ce même contexte qui explique pourquoi le risk manager considère sa fonction comme étant de plus en plus reconnue au sein de l’entreprise. « Je constate que la tendance actuelle est à une meilleure prise en compte du risk management au sein du processus d’élaboration stratégique » se félicite un sondé. Ce statut ne leur permettrait cependant pas d’obtenir un budget de fonctionnement suffisant. 58 % d’entre eux déclarent disposer d’une enveloppe adéquate, contre 77 % en 2015. Quant à leur salaire, il se stabilise à une moyenne de 107 000 euros brut annuel pour les top managers, auquel s’ajoute un variable.

Le rattachement hiérarchique
Une surprise néanmoins à la lecture de cette étude : la fonction de risk manager est principalement rattachée à la direction générale (44 % cette année, contre 36 % il y a deux ans). Et seulement 11 % des sondés déclarent être rattachés à la direction juridique (ils étaient 17 % en 2015). On note même une diminution drastique du rattachement juridique des risk managers gérant exclusivement les assurances et la prévention (27 % aujourd’hui, contre 40 % en 2015).

Mais comment penser les risques sans « input » du département juridique ? Dès 2010, les directeurs juridiques étaient les premiers à considérer que les questions de conformité et de gestion des risques étaient de leur ressort. Faut-il en conclure que la matière leur a échappé ? « Auparavant la fonction était cantonnée au traitement des questions assurantielles et relevait donc naturellement du juridique, retrace François Malan qui est lui-même un ancien juriste. Elle est désormais devenue transverse car de nombreux risques ne sont pas juridiques : les risques climatiques, opérationnels, d’image, etc. Le rattachement à la direction juridique n’est plus la norme parce que le risque est systémique, transverse et global. L’AMRAE milite d’ailleurs pour un rattachement à la direction générale pour une efficience de vue et de décision, et pour renforcer la légitimité nécessaire à la fonction ». Bien sûr certains secteurs d’activités très réglementées justifient que la mission relève du juridique, comme en matière pharmaceutique par exemple. « Tout dépend de l’histoire et de la nature des risques critiques de l’entreprise », conclut-il.
Élément rassurant : l’étude note tout de même l’augmentation du droit comme formation d’origine des risk managers alors qu’en 2015, le commerce et la gestion étaient les voies privilégiées pour accéder au poste.

Création du cabinet Ollyns

- 476 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

Création du cabinet Ollyns

- 476 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 415 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

L'agenda de la semaine - n°1454/1455

- 427 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne