Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Pierre Charreton : "les directions juridiques doivent se réinventer"

Par Chloe Enkaoua

Extrait de l'interview parue dans la LJA 1244, 22 février 2016 (Abonnés)

C’est l’histoire d’une reconversion. Celle d’un homme qui, après 40 ans passés à la tête de directions juridiques d’entreprises de renom – de Thalès à France Télécom en passant par Areva –, a décidé de mettre son expérience au service de ses pairs. Avec l’ouverture de son cabinet éponyme, Pierre Charreton entend bien se positionner en coach des directeurs juridiques et faire bouger les lignes de la profession.

Comment est né Pierre Charreton Conseil ?
Pierre Charreton : Il s’agit d’une transition logique. Avec l’évolution rapide de l’économie et des technologies, les business models des entreprises sont aujourd’hui fortement challengés. Les directions juridiques doivent repenser leur organisation et se réinventer en mettant notamment en place de nouveaux outils. Or, nombre d’entre elles sont confrontées à une contradiction : d’une part la tentation de rester dans la continuité de process éprouvés et, d’autre part, la nécessité de s’adapter aux exigences nouvelles de leur entreprise. Après une carrière passée au sein de plusieurs groupes, j’ai souhaité capitaliser sur mon expérience et la mettre au service des directeurs juridiques pour les aider dans le management de leurs équipes et la conduite de ces chantiers de transformation. Cette nouvelle aventure s’inscrit dans la continuité de mon parcours professionnel. Je l’aborde sereinement, avec enthousiasme.

Selon vous, quels sont les écueils au sein des directions juridiques qui nécessitent les transformations que vous proposez ?
P.C. : Ils sont multiples. Plus l’entreprise est importante par sa taille, diverse dans ses activités et dispersée géographiquement, plus le risque d’affaiblissement de la fonction juridique est fort. Il importe alors, dans l’intérêt de l’entreprise et du bon usage des juristes, de travailler sur la cohérence de la fonction afin que celle-ci soit optimisée. Au plan organisationnel, tout d’abord, car le modèle pyramidal est désormais révolu. Il génère lenteur et non-qualité. Les organisations performantes sont aujourd’hui celles qui sont flexibles et réactives, et qui fonctionnent en réseau afin de mettre en relation, en temps réel, de multiples expertises utiles à la résolution des questions posées. Il est également nécessaire d’optimiser les prestations et les coûts d’une direction juridique. Faire systématiquement appel à des avocats externes n’est par exemple pas toujours fondé. On constate trop souvent des redondances entre les prestations juridiques internes et externes, une absence de synergies entre les expertises juridiques mises en œuvre, ou encore un manque de capitalisation sur les acquis. Tout ceci nuit à l’image d’une direction juridique et est générateur de coûts importants et parfaitement évitables.

Quelles sont les principales réticences auxquelles vous pourriez vous heurter dans votre démarche ?
P.C. : D’une manière générale, il est souvent difficile d’engager des changements et la fonction juridique n’échappe pas à cette tendance. Les équipes peuvent en effet voir dans un chantier de transformation une remise en cause du travail effectué jusque-là. Il convient également de veiller à ce que ces changements soient compris, voire acceptés par les autres directions de l’entreprise. Une direction juridique ne peut en effet innover sans rester en phase avec le reste de l’organisation du groupe. À cet égard, la culture de l’entreprise est déterminante. Certaines sont très conservatrices, comme les grands groupes industriels implantés depuis longtemps sur le marché, d’autres à l’inverse, comme les start-up ou les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies, vivent dans l’innovation et la compétition et doivent se remettre en cause régulièrement. Dans tous les cas, je serais heureux d’apporter une contribution afin que le droit prenne toute sa place dans l’univers des entreprises.


Extrait de l'interview parue dans la LJA 1244, 22 février 2016 (Abonnés)

Deyla Partners accueille Olivier Laffitte

- 485 vues

Deyla Partners annonce l’arrivée d’Olivier Laffitte, spécialiste du droit public des affaires, de la construction et de l’environnement.

Le cabinet Racine condamné en appel

- 574 vues

Un arrêt de la cour d’appel de Paris a condamné le cabinet Racine à payer la somme de 100 000 € à l’un de ses...

Médiation franco-allemande

- 485 vues

La chambre franco-allemande de commerce et d’industrie se dote d’un centre de médiation spécialisé dans la résolution...

Avosial

- 480 vues

Lors de la séance du 6 octobre 2021, le bureau du syndicat d’avocats d’entreprises en droit social Avosial a élu, pour un mandat...

Conférence annuelle de l’AFA

- 500 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Le private equity a le vent en poupe

- 538 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

The future of work

- 582 vues

Herbert Smith Freehills vient de publier la deuxième édition de son étude The future of work, qui traite notamment de l’impact...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne