Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Le logo

Par Brigitte Van Dorsselaere et Paul Boulant - Image Juridique

Qu’est ce qu’un logo ?

Le logotype est l’expression graphique d’un nom. Étymologiquement, c’est le graphisme du mot.
Il est traité en deux grandes familles, avec toutes les variantes possibles.

- la signature : une certaine écriture personnalisée, un nom « écrit d’une certaine façon », donc reconnaissable et identifiable.

- le symbole plus ou moins figuratif associé au nom : par exemple, les 4 losanges de Salans, les 3 formes de Gide. Le logo conserve son rôle symbolique et signalétique intemporel, mais aujourd’hui c’est la mise en scène graphique de la marque, la réactualisation permanente, l’animation, l’événement qui permettent à la marque de s’exprimer au quotidien. Au-delà du logo, on parle de système identitaire, de codes de marque (une couleur, une forme, voire une musique). C'est un signe qui, identifié par les prospects, donne au cabinet les moyens de s'imposer sur le marché. Le cabinet peut aussi décider d'aller à l'encontre des habitudes, d'en susciter de nouvelles et d'imposer ses propres codes au marché. Il choisit alors d'avoir une stratégie de leader et élargit son espace d’expression.

Pourquoi un logo ?

Le logo sur une carte de visite est souvent le premier contact avec le cabinet. Aussi est-il essentiel qu’il :
- rende la marque reconnaissable : le logo ancré sur une identité visuelle doit tenir compte de la réputation du cabinet, de son histoire, de ses secteurs d’intervention et de ses spécificités
- distingue le cabinet des autres établissements et concurrents
- renforce ses valeurs
- donne du charisme à la marque.

Comment créer un logo ?

La mise en œuvre d'un programme d'identité visuelle se réalise en plusieurs phases, plus ou moins longues et détaillées :

- l’état des lieux comprend une analyse du cabinet (recueil d'informations sur l'histoire, les activités, l'organisation, le positionnement, l'évolution prévisible et souhaitée, le marché dans lequel évolue le cabinet, ses concurrents…) et un audit visuel pour analyser l'identité visuelle existante sur tous les supports de communication (papeterie, dossier, décoration des locaux, univers sonore…). Une enquête sur le terrain peut aussi servir à appréhender la perception de l'entreprise, en interne et externe. Le diagnostic établi à l'issue de cette phase permet de définir les premières recommandations.

- la phase créative : sur la base du diagnostic et à partir des objectifs énoncés par le cabinet, consignées dans un cahier des charges, la création va se dérouler de façon classique, tout d’abord, en explorant toutes les idées possibles et imaginables et en les exploitant sous forme de rapides croquis non finalisés ; ensuite, en développant sommairement deux ou trois orientations retenues par l’agence et le cabinet pour les tester en situation réelle sur les différents supports ; enfin, en finalisant le projet choisi sous tous ses aspects (graphisme, couleurs… ).

- l'application du logo sur tous les supports : papier à en-tête, cartes de visite, enveloppes, plaquette, site …La rentabilité du mode d’expression est intéressante puisqu’il s’agit de tirer profit d’espaces déjà existants et de décliner le logo créé une fois pour toute sur tous les supports.

Comment le réussir ?

Pour être efficace, le logo doit être :

- parlant pour la cible visée, clients ou prospects
- immédiatement compris et clairement identifié au cabinet : il exprime, grâce à un style propre au cabinet (couleur, forme , typo…), ses valeurs, son activité et ses ambitions.
- universel pour garder son sens et être compris dans les pays de culture et de langues différentes facilement mémorisable.
- appliqué sur toutes sortes de supports : surfaces planes et en volume, matériaux les plus divers, papier en tête comme fax, annuaire, site ou image vidéo. Dans tous les cas, il doit conserver ses propriétés physiques et stratégiques (stabilité des couleurs, proportions, visibilité…).
- intemporel : il doit avoir une durée de vie très longue et éviter de s'inspirer des tendances à la mode, fugaces par essence. Certaines couleurs, et typographies, très en vogue et séduisantes sur le moment, deviennent très vite démodées.

Le professionnel est donc confronté à une lourde tâche : créer un logo à la fois intemporel et légèrement en avance sur son temps, original tout en s'appuyant sur les valeurs de la profession.

>> Cliquez ici pour visualiser des exemples de logos

Concentrations en 2020

- 417 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

Les mouvements de la semaine - n°1478

- 483 vues

Chaque semaine dans la Lettre des Juristes d’Affaires, retrouvez les mouvements des acteurs qui font le droit des affaires. La rédaction vous...

Concentrations en 2020

- 417 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

LCB/FT : un nouvel outil

- 457 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne