Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

La conception du site internet d’un cabinet : Du rêve à la réalité ou la désillusion des avocats

Par Sabrina Tantin, consultante Juricommunication

Nous ne vous apprenons rien lorsque nous vous informons qu’un cabinet d’avocats doit impérativement être présent sur le web et avoir son site internet. Toutefois, encore trop peu d’avocats, en charge de la réalisation dudit site, connaissent réellement les contours d’un tel projet : budget, temps, contenu, webdesign, développement technique... Entre le souhait du cabinet et la réalité, le fossé devient parfois un gouffre.

La base du projet

La majorité des cabinets d’avocats, à l’instar de la plupart des PME, n’a pas la capacité de financer une équipe en interne dédiée à la communication et plus particulièrement à la conception du site internet. De ce fait, la solution la plus judicieuse est de faire appel à une agence dont la spécialité correspond au domaine de l’entité. De par notre expérience, dans une entreprise et plus spécifiquement en cabinet d’avocats, chacun des associés apporte ses observations quant au contenu et au graphisme du site internet du cabinet. Par conséquent, il faut nommer un associé en charge du projet. Celui-ci doit motiver et pousser chacun de ses associés à collaborer au contenu. Il doit également récolter leurs desiderata afin d’éviter toute polémique lors de la présentation du projet au cabinet. Sans cette base, le projet est voué à l’échec dans 80 % des cas.

Rester dans la conformité, dans le respect des engagements et de la déontologie

Les contours du projet et du devis doivent être parfaitement délimités selon les besoins du cabinet. Lors des différentes étapes, vous ne pouvez pas exiger de trop nombreux allers-retours, avancer graphiquement puis revenir en arrière pour finalement aller dans une autre direction. Vous ne pouvez pas non plus exiger de votre conseil en communication qu’il rédige l’intégralité du site ou bien qu’il "copie" les rubriques d’un site concurrent : vous seul connaissez la spécificité de votre activité quotidienne ! (conseil tout aussi valable pour les relations presse…)

Pour éviter le chaos, pré-rédigez un cahier des charges

La préparation interne d’un pré-cahier des charges permet de vous poser les bonnes questions, de savoir ce que vous voulez et ne voulez pas. Il vous faut fédérer les équipes, les intégrer au projet et les solliciter pour la rédaction des rubriques qui les concernent (quitte par la suite à présenter le site au cabinet, aux clients… autour d’un apéritif). Dès lors, votre agence de communication sera en mesure de vous accompagner pour concrétiser et optimiser votre projet.

Le budget, l’épineux sujet

Combien ? Ce sujet est conflictuel pour les cabinets et avec les agences. Pourquoi conflictuel ? Tout simplement parce que, le plus souvent, l’associé chef de projet méconnait les contours de conception d’un site internet et les implications sont minimisées.
Quel  prestataire ? Tout dépend de ce que souhaite le cabinet : freelance ou société ? Le montant du devis et la réactivité varient. Le freelance sera moins cher mais moins disponible qu’une société. En moyenne, le budget approximatif, selon l’importance du site internet de la technologie utilisée, est au minimum de 3 500 euros HT hors la prestation de conseil. A l’opposé, il n’y a pas de limite, pour rappel, le site France.fr a couté 860 000 euros (le Canard Enchaîne annonce le chiffre 1,2 million d'euros). Nonobstant, pour un minimum de qualité, évitez de brader le devis.

A retenir :
- Définir les besoins
- Définir le budget
- Consacrer un minimum de temps
- Définir les axes graphiques et rédactionnels
- Vous êtes le seul à pouvoir (co-)rédiger le contenu

Concentrations en 2020

- 417 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

Les mouvements de la semaine - n°1478

- 483 vues

Chaque semaine dans la Lettre des Juristes d’Affaires, retrouvez les mouvements des acteurs qui font le droit des affaires. La rédaction vous...

Concentrations en 2020

- 417 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

LCB/FT : un nouvel outil

- 457 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne