Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

La cour de justice commerciale internationale, « une proposition d’inspiration française »

Par Miren Lartigue

Au cours d’une audition en commissions à l’Assemblée nationale, mardi 8 novembre, le secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, Matthias Fekl, a été invité par les députés à dresser un état des lieux et exposer la position de la France sur les traités commerciaux internationaux en cours de négociation, ou tout juste signé : CETA, TTIP, TISA.

CETA. Concernant l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (ou CETA, pour Comprehensive Economic and Trade Agreement), « les discussions étaient conclues depuis l’été 2014 », a rappelé Matthias Fekl, mais elles ont été rouvertes et le texte modifié en février 2016 « lorsque, sur proposition française et allemande, devenue ensuite consensus européen, les Canadiens ont accepté la proposition d’inspiration française de remplacer l’arbitrage privé [arbitrage entre États et investisseurs ou ISDS -Investor-state dispute settlement- ndlr] par la cour de justice commerciale internationale ». « Le gouvernement français a été le premier gouvernement à s’attaquer au scandale démocratique que constitue l’arbitrage privé tel qu’il existe aujourd’hui », a poursuivi le secrétaire d’État, et « nous souhaitons qu’il puisse y avoir à terme une cour de justice multilatérale » : « la position française est claire, nous ne signerons plus de traités qui comportent de l’arbitrage privé, et le modèle de cour qui a été établi [dans le CETA], qui peut encore être amélioré, est le nouveau standard ». Mais, pour l'heure, « il reste encore de nombreuses étapes à franchir », a-t-il rappelé aux députés : « le Parlement européen doit voter pour que l’accord puisse entrer en vigueur de manière provisoire », puis « 38 assemblées nationales ou régionales doivent encore se prononcer » sur sa ratification, et « si un Parlement national votait non, l’ensemble de l’accord tomberait ».

TTIP. En ce qui concerne le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (ou TTIP, pour Transatlantic Trade and Investment Partnership), « la France a demandé l’arrêt de ces négociations », a déclaré Matthias Fekl. Or « ce que nous dit la Commission [européenne], c’est qu’il n’y aura plus de cycle de négociation avant l’été 2017 » : « le message de la France a porté ».

TISA. Concernant l’Accord général sur le commerce des services (AGCS ou TISA, pour Trade in Services Agreement) actuellement négocié par 23 parties membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dont l’Union européenne, « la 21e session a débuté le 2 novembre 2016 », a précisé le secrétaire d’État. « Nous avons des intérêts offensifs très importants (…) et nous restons extrêmement vigilants », notamment « sur la question des services publics et des services audiovisuels ». « Nous souhaitons la transparence », a-t-il précisé aux députés qui ont soulevé le caractère actuellement très secret de ces négociations.

Voir la vidéo de l’audition de Matthias Fekl (sur le site de l’Assemblée nationale)

Consulter le texte du CETA (sur le site de la Commission européenne, disponible dans toutes les langues de l’Union)


 

Création du cabinet Nexa Avocats

- 497 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 470 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 438 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 497 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

Création du cabinet Ollyns

- 711 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 470 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 425 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne