Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Charles Briand quitte EY pour Orrick

Paru dans La Lettre des Juristes d’Affaires, N° 1323 du 30/10/2017

Charles Briand, 36 ans, vient de rejoindre le bureau parisien d’Orrick comme associé de l’équipe fiscale. Il intègre ainsi l’équipe composée jusqu’à présent d’Anne-Sophie Kerfant, associée du département et responsable du bureau, et de trois collaborateurs.

Image
Titulaire d’un DEA de droit fiscal (Paris II, 2004), il a démarré sa carrière en 2006 chez Ernst & Young Société d’Avocats. Il avait été envoyé durant dix-huit mois au bureau de New York, au sein duquel il avait été formé aux délicates questions de fiscalité américaine et à la fiscalité transactionnelle des opérations cross-border. De retour en France, il avait été coopté manager du département fiscalité des transactions et intervenait, aux côtés de l’associé Lionel Nentille sur des opérations de due diligence et de structuration fiscale des opérations de fusions-acquisitions et de private equity, ainsi que pour la réorganisation de grands groupes. On l’aura par exemple remarqué sur la cession de Parlophone à Warner par Universal, ainsi que sur la prise de contrôle d’IPH par Advent.

exercer dans une structure internationale, d’origine américaine, agile et dotée d’équipes aux multiples compétences complémentaires


Après près de douze années passées dans un des Big four, Charles Briand souhaitait « exercer dans une structure internationale, d’origine américaine, agile et dotée d’équipes aux multiples compétences complémentaires ». Il avait déjà côtoyé sur des dossiers plusieurs personnalités phares du cabinet, dont Jean-Michel Leprêtre, George Rigo et Jean-Pierre Martel. Il connaissait également quelques avocats du bureau de Londres. Il s’est donc facilement laissé convaincre de l’opportunité d’accéder à l’association dans la firme.

Son arrivée s’inscrit par ailleurs dans la volonté d’Orrick Paris de renforcer ses départements fusions-acquisitions et private equity. On rappellera en effet que Patrick Tardivy avait été recruté au printemps 2016 pour développer le capital investissement, et que Guillaume Kessler avait rejoint les équipes corporate en janvier dernier. Aux côtés d’un département financement réputé et d’une équipe private equity non moins reconnue, Charles Briand devrait faire des étincelles.

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 447 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 529 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 482 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 429 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne