Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

3 questions à Laurence Bory, présidente de l'Union internationale des avocats

Par LJA - LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Laurence Bory, avocate au barreau de Genève, est devenue la première femme à accéder à la présidence de l'Union internationale des avocats (UIA), le 31 octobre dernier à Budapest (Hongrie) lors du congrès de l'association. Entretien.

Quels sont les objectifs et priorités de votre mandat au sein de l’UIA ?

Laurence Bory : Je poursuivrai dans la même voie que mes prédécesseurs, en portant une attention particulière aux problèmes d’accès à la justice pour tous et de respect de l’État de droit. En effet, dans de nombreux pays, la grande majorité de la population, et notamment les femmes, n’ont pas accès à la justice. Quant à l’État de droit, il n’existe en réalité que dans les pays pratiquant une véritable séparation des pouvoirs entre législatif, exécutif et judiciaire. Malheureusement, force est de constater qu’actuellement les atteintes à l’État de droit se multiplient, notamment sous des prétextes sécuritaires.

Une autre de mes priorités sera de travailler sur la question de l’aide juridique aux réfugiés, que ce soit pour faire valoir leurs droits ou tout simplement pour faire enregistrer la naissance de leurs enfants. Ce sont chaque année des dizaines de milliers d’enfants qui naissent dans des camps de réfugiés qui ne sont pas enregistrés et n’ont de ce fait pas d’existence légale !

Quels ont été les principaux thèmes traités lors du 60e congrès de l’UIA et quels seront les thèmes du prochain congrès ?

L. B. : Lors du 60e congrès, outre les travaux spécialisés de quelques 40 commissions et groupes de travail ainsi que divers forums, le congrès de Budapest a permis de débattre sur divers aspects de la compliance et sur la question de la confidentialité et de la protection des données dans le monde numérique.  La réunion du Sénat international des barreaux a quant à lui traité de la délicate question du respect de secret professionnel de l’avocat face à l’obligation de divulgation imposée par certains pays pour lutter contre le blanchiment d’argent.

En ce qui concerne le prochain congrès, qui aura lieu fin octobre 2017 à Toronto, je peux d’ores et déjà vous préciser que les thèmes principaux porteront sur les questions dérivant de  l’exploitation des ressources naturelles, que ce soit en matière de droits de l’Homme ou de droit des affaires, de la réparation des dommages dérivant du terrorisme, et de la justice transitionnelle, qui vise à réconcilier des populations qui se sont déchirées, afin de les amener vers la paix.

En outre, nous aurons une séance spéciale dédiée au tout nouvel accord CETA conclu entre le Canada et l’Union européenne.

Quel bilan tirez-vous de la première année d’existence de l’Institute for the Rule of Law de l'UIA (UIA-IROL)* ?

L. B. : Les membres du UIA-IROL ont énormément travaillé pendant cette année, mais ce n’est pas lié à la création de l’institut, cela dérive d’une augmentation du nombre de problèmes, notamment en matière de défense des avocats menacés dans l’exercice de leur métier, d’indépendance de la profession et d’atteinte à l’État de droit.

Les membres du UIA-IROL étaient actifs au sein de l’UIA avant la création de l’institut, à l’exception de son directeur général, le bâtonnier Pascal Maurer, ancien président de l’UIA, qui a bien voulu accepter de reprendre du service pour coordonner de travail de cette équipe. Ils ont poursuivi leur mandat au sein de l'institut, qui a permis une meilleure répartition des tâches et une meilleure coordination entre ses différents membres, ce qui s’est avéré très utile compte tenu de l’augmentation des cas à traiter.


*L’Institute for the Rule of Law de l'Union internationale des avocats (UIA-IROL) : cet institut créé au sein de l’UIA permet de renforcer l’efficacité et la coordination de l’ensemble des activités mises en œuvre par l’association visant à défendre l’État de droit, le respect des droits de l’Homme et des droits de la défense, ainsi que la profession d’avocat et ses principes fondamentaux, au premier rang desquels le libre exercice de la profession, l’indépendance des avocats et de leurs institutions, et la protection du secret professionnel. Plus d'informations sur http://www.uianet.org.

Deux cabinets sur l’émission de Scor

- 405 vues

Pour ses obligations subordonnées de niveau 2, proposant un taux d’intérêt de 1,375 % jusqu’en septembre  2031 (et révisé...

Deux cabinets sur l’émission de Scor

- 405 vues

Pour ses obligations subordonnées de niveau 2, proposant un taux d’intérêt de 1,375 % jusqu’en septembre  2031 (et révisé...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 535 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 484 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 429 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne