Accès Rapide
S'identifier
Image

Combien la direction juridique fait-elle gagner à l’entreprise ?

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires n°62 - septembre / octobre 2019

Les directeurs juridiques aspirent de plus en plus à avoir un rôle décisif dans l’entreprise et veulent entrer au Comex, voire au Codir. Mais pour cela, ils doivent pouvoir démontrer qu’ils font gagner de l’argent à l’entreprise. Quelle stratégie mettre en œuvre ?

Dans un contexte de développement du numérique au sein des directions juridiques, les juristes doivent mettre tous les atouts de leur côté afin de réunir les conditions pour être reconnus à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise. Il leur faut donc jouer leur réseau à l’intérieur de l’entreprise et cibler leurs interlocuteurs : opérationnels, DAF, DG. Il est ensuite nécessaire de s’adapter à eux et de valoriser la fonction juridique avec des indicateurs qu’ils comprennent. « Un DAF ne sera pas sensible aux mêmes arguments qu’un directeur marketing », dit Marie Hombrouck, fondatrice du cabinet de chasse de tête Atorus Executive. « La clé, c’est de parler le même langage que les membres du Codir, ajoute Claude Mulsant, associée et directrice de la pratique juridique pour OasYs Consultants. Il s’agit de traduire en chiffres les réalisations de la direction juridique. » La France dénombrerait seulement 50 % de directeurs juridiques au sein des comités de directions, ce qui est très en dessous de ce qui est pratiqué dans les pays anglo-saxons où 90 % de leurs homologues siègent au sein des instances dirigeantes.

Quantité et qualité

Mais pour valoriser objectivement la fonction juridique, notamment au moyen d’éléments chiffrés, quels indicateurs (ou KPIs, Key performance indicators) utiliser ? « Il n’est pas naturel pour les juristes, de transformer leur activité technique en indicateur mesurable. Ils ne l’ont pas appris à l’université. Il faut les y éduquer car cela intéresse les instances dirigeantes », constate Marie Hombrouck. Les KPIs quantitatifs sont toutefois à manier avec précaution et doivent être définis selon les spécificités de l’entreprise. Il n’en existe pas d’universel. Par exemple, le ratio du nombre de contrats rédigés par un juriste peut avoir du sens dans telle entreprise, mais elle n’en a aucun dans une entreprise qui fonctionne sur quelques contrats annuels de type appel d’offres. « Un KPI efficient est le ratio du budget du département juridique sur le chiffre d’affaires afin de valoriser la maîtrise des coûts par le directeur juridique », suggère Marie Hombrouck.

Ce contenu est réservé à nos abonnés

Inscrivez-vous gratuitement pour profiter de 3 articles gratuits par mois.

Déjà abonné ? Identifiez-vous.
ou découvrez notre offre spéciale d'abonnement

Création du cabinet Medici

- 950 vues

Le marché parisien compte une nouvelle boutique en arbitrage international et contentieux des affaires. Le cabinet Medici vient d’ouvrir ses...

Covid-19 & RGPD

- 441 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format