Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Le problème

Par Emmanuelle Vignes

J’ai vu un coach pour la première fois la semaine dernière. Une des premières questions qu’il m’a posée fut : « Quel est votre problème » ? Que veut-il obtenir de moi ? Pourquoi me pose-t-il autant de questions autour du "problème" ?

REPONSE

La question que vous soulevez est assez classique et pourtant elle mérite largement que l’on s’y attarde. En effet, de quoi parlons-nous, en coaching, quand nous parlons d’un "problème" ? S’agit-il d’un problème que nous posons en tant que personne ? S’agit-il d’un problème dans le sens d’une difficulté ? Ou s’agit-il d’une situation problématique ? Comme certains grands coachs* l’expliquent très bien, il est essentiel de distinguer : 

- d’une part, il y a un contexte problématique. Ce peut être le cas d’une situation éventuellement dommageable à terme pour la bonne marche du cabinet. En tous cas, disons qu’il s’agit d’un contexte qui ne satisfait pas la personne coachée. Par exemple : « Mes associés communiquent mal ou pas du tout entre eux, ce qui provoquent de graves tensions ».

- d’autre part, il y a la situation souhaitée dans laquelle la personne coachée aimerait se trouver. Dans notre exemple : « J’aimerai que mes associés communiquent efficacement entre eux afin que de graves tensions n’entravent pas le développement de notre cabinet ».

Et enfin, il y a le "problème" : cela consiste à combler l’écart entre la situation actuelle insatisfaisante et la situation souhaitée. Or, il est plus facile pour le coaché de parler de la situation qu’il vit que de parler de celle qu’il souhaite vivre. Une des raisons est, par exemple, que, embourbés dans ce contexte difficile, nous sommes souvent incapables de nous projeter dans un avenir plus serein. Parfois même, nous n’envisageons pas de solutions.

Clarifier le problème est le point de départ de l’intervention du coach. Cela lui permet de prendre connaissance des différents éléments du contexte. « Décrivez-moi la situation. Quel est le problème ? En quoi est-ce un problème ? Depuis quand vivez vous cette situation ? Concerne-t-elle tout le cabinet ou seulement quelques uns ? Avez-vous déjà essayé d’apporter des solutions ? Etc. ». Le coach écoute, éventuellement pose des questions de clarification, puis reformule. Il est essentiel que le coach comprenne bien de quoi il s’agit et que le coaché se sente compris. Y passer du temps n’est pas une perte de temps.

"Poser le problème" est essentiel car il permet au coach et au(x) coaché(s) de préparer, sur de bonnes bases, les étapes suivantes : identification des besoins, élaboration de la "demande", fixation des objectifs, réflexion sur les éléments tangibles qui permettront au client de se dire que ses objectifs sont atteints, etc. En somme, des éléments fondamentaux du contrat.

Reprenons notre exemple, présenté ici de façon simplifiée : « Actuellement, mes associés se parlent peu ou de façon inadaptée. Ceci a pour effet de provoquer de graves tensions entre nous (situation problématique). J’aimerais qu’ils se respectent davantage et prennent du temps pour échanger plus sereinement sur leurs éventuels différends afin d’être plus efficaces (situation souhaitée). Je demande comment nous pourrions faire pour y parvenir (problème) ».

(*) Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter aux ouvrages suivants : « Question de temps » de François Delivré ; « Le métier de coach » du même auteur ; ou encore le « Que sais-je ? » sur le coaching, n°3724.

Création d’Emeriane Avocats

- 458 vues

Juliane Dessard Jacques et Eole Rapone annoncent la création d’Emeriane Avocats, dédié au droit des sociétés et...

Création d’Emeriane Avocats

- 458 vues

Juliane Dessard Jacques et Eole Rapone annoncent la création d’Emeriane Avocats, dédié au droit des sociétés et...

Ouverture de bureau Brandeis Paris

- 612 vues

Le cabinet d’avocats bureau Brandeis ouvre ses portes à Paris. Il se compose de quatre associés, Marc Barennes, Sarah Subrémon,...

Forum anti-corruption de l’OCDE

- 424 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Shake the Law, 2e édition

- 482 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Concentrations en 2020

- 455 vues

Dechert publie DAMITT (Dechert Antitrust Merger Investigation Timing Tracker), un rapport sur les tendances du contrôle des concentrations par les...

LCB/FT : un nouvel outil

- 493 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne