Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Les cadeaux de fin d’année : avant tout, il faut surprendre

Par Brigitte Van Dorsselaere, Marie Jeannest de Gyvès et Paul Boulant<br /><strong>Image Juridique</strong>

Offrir un cadeau de fin d’année, c’est  l’occasion de se démarquer en communiquant autrement et de façon complémentaire à ses autres actions de communication.

Pourquoi un cadeau de fin d’année ?

Le cadeau de fin d’année, attendu ou espéré chaque année par les clients, doit être un acte généreux, « gratuit » et refléter les valeurs du Cabinet. C’est une façon de communiquer altruiste et remarquée.
Comme la carte de vœux, le cadeau permet de :
- remercier les clients de leur fidélité et les fidéliser
- créer un lien, une connivence avec les clients, par un acte relationnel généreux dépourvu de caractère « commercial »
- véhiculer et valoriser son image
- souligner son positionnement,  ses valeurs, et sa différence
- transmettre un message
- montrer au destinataire qu’il fait partie des contacts privilégiés du cabinet
- compléter ses actions de communication régulières (presse, conférences, newsletters, formation, événements,…)


Quel type de cadeau choisir ?

La tentation est grande de profiter de cette opportunité pour communiquer sur le Cabinet. L’idée est pourtant de remercier son client, de lui faire plaisir, et pas nécessairement en laissant sa marque, et surtout de le surprendre.  Il existe, ainsi, plusieurs types de cadeaux, selon le type de démarche retenue :

- La démarche tournée vers le  client :

L’idée n’est pas là de faire preuve d’originalité, mais de s’assurer de faire plaisir à son client. Cela peut se faire via des objets ou des invitations à des évènements.

Le cadeau classique : Le Cabinet optera, par exemple, pour du vin, du champagne ou des chocolats provenant d’une maison de qualité, ou encore un livre artistique ou pourquoi pas humoristique. Il est certain de ne pas se tromper. C’est une démarche exclusivement tournée vers le client, sans référence à l’identité du Cabinet. Pour les clients importants, il est même possible d’ajouter dans le coffret d’alcool des verres ou des coupes en cristal. Aucune mention de référence au Cabinet n’est présente sur ce type de cadeau.

Le cadeau pratique : Le cadeau peut aussi avoir un lien avec le produit d’un client .Il s’agira alors d’un objet noble, d’usage quotidien avec marquage discret.

Le cadeau évènement : Il s’agira ici d’offrir non pas un objet, mais un moment agréable  à son client (une  invitation au théâtre, à un spectacle, à l’Opéra, à une exposition, à une bonne table, à une dégustation de vin, à un évènement sportif…). Le client associera ainsi ce moment  de détente au Cabinet.

- La démarche tournée vers le Cabinet

Ici, le  cadeau est  marqué de l’empreinte du Cabinet. Il s’agit ici d’offrir un cadeau utile, en rappelant le nom du Cabinet. Dans ce registre, l’objectif retenu sera de véhiculer l’image de marque du Cabinet en imprégnant sur l’objet sa chartre graphique. Il faudra alors choisir un objet élégant, moderne, original.

Le Cabinet peut ainsi offrir un stylo, un carnet en cuir, un porte clef, un presse papier, un cendrier, ou encore une bougie aux couleurs du Cabinet dans un contenant en verre dépoli comprenant le logo du Cabinet…. Le Cabinet peut toutefois opter pour le cadeau plus subtil, où la marque du cabinet apparait à peine : il s’agira d’un très joli vide-poche, ou d’un cendrier avec le nom du cabinet n'apparaissant que très discrètement.

Le choix du cadeau pourra dépendre de l’activité du Cabinet : par exemple,  une clé USB ou des objets high tech seront choisis pour un Cabinet orienté vers le droit des technologies et des cadeaux centrés « développement durable » pourront correspondre à des Cabinets spécialisés en droit de l’environnement. Le client aura ainsi le sentiment de participer à une démarche écologique . 

- La démarche tournée vers l’art

La démarche est ici plus novatrice puisque le Cabinet entreprend  le sponsoring d'un artiste, d’un musicien …. qu’il soutient. Il va ainsi générer une image qui le rapproche de l'art et des challenges. C’est  une expérience qui peut ainsi être renouvelée annuellement.
Concrètement il s’agira,  par exemple :
- de l’envoi d’un CD ou d’une invitation à un concert privé,
- de l’organisation d’une exposition d’art au Cabinet avec production d’une série d’images, de  tirage de photographies ou de lithographies,
- d’une invitation pour deux à une pièce de théâtre organisée au Cabinet pour 50 personnes avec un grand comédien 
- de l’édition d’un livre pour 2011 !


- La démarche tournée vers la société

Le concept est encore plus nouveau. il s’agira ici d’offrir à son client un cadeau  sous forme de dons à des organismes humanitaires, en lui indiquant qu’un don a été fait, de sa part, à un organisme caritatif de bonne réputation. Cette pratique anglo-saxonne, qui arrive doucement en France, a l’intérêt de surprendre, de contribuer au bien social et de bien correspondre à la période de crise.


Comment et à qui adresser le cadeau ?

Pour souligner le lien intuitu personae, le cadeau de fin d’année doit être adressé par chaque avocat à son client et comporter un petit texte d’accompagnement manuscrit et personnalisé ainsi qu’une signature originale suffisamment lisible.

Si le client travaille avec plusieurs avocats, un seul cadeau provenant du Cabinet suffira.
Si plusieurs interlocuteurs travaillent au sein de la société cliente, attention surtout à n’oublier personne ! Les collaborateurs ne recevront pas forcément un cadeau plus « bas de gamme » que leurs patrons.
Le Cabinet doit ainsi engager une réflexion sur la cible visée et sur le courrier qui accompagne le cadeau, Un cadeau luxueux délivré par la Poste, sans message manuscrit, sera du plus mauvais effet !
Attention,  le cadeau de fin d’année peut aussi être offert à des collaborateurs et assistantes, pour les remercier….

 

Deyla Partners accueille Olivier Laffitte

- 485 vues

Deyla Partners annonce l’arrivée d’Olivier Laffitte, spécialiste du droit public des affaires, de la construction et de l’environnement.

Le cabinet Racine condamné en appel

- 574 vues

Un arrêt de la cour d’appel de Paris a condamné le cabinet Racine à payer la somme de 100 000 € à l’un de ses...

Médiation franco-allemande

- 485 vues

La chambre franco-allemande de commerce et d’industrie se dote d’un centre de médiation spécialisé dans la résolution...

Avosial

- 480 vues

Lors de la séance du 6 octobre 2021, le bureau du syndicat d’avocats d’entreprises en droit social Avosial a élu, pour un mandat...

Conférence annuelle de l’AFA

- 500 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Le private equity a le vent en poupe

- 538 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

The future of work

- 582 vues

Herbert Smith Freehills vient de publier la deuxième édition de son étude The future of work, qui traite notamment de l’impact...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne