Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Quel est l’intérêt de participer aux classements de la profession ?

Par Sabrina Tantin – Consultante communication – Juricommunication

Nous constatons depuis plusieurs mois une recrudescence des classements et annuaires, payants et non payants, liés au secteur juridique et visant plus particulièrement les cabinets d’avocats et les avocats eux-mêmes. Certes, ces classements et annuaires existent depuis plus de dix ans pour les plus anciens, et depuis 2012 pour le plus récent. Des éditeurs américains, anglais et canadiens investissent le marché français et européen.

De nombreux avocats sont attachés à ces classements alors que d’autres n’en distinguent pas l’utilité.

Nous ne listerons pas les classements, ni n’évoquerons l’objectivité et le sérieux de certains d’entre eux, mais parlerons de l’intérêt d’y être présent.

La question fondamentale est : quel gain un avocat ou un cabinet peut-il retirer du fait d’être positionné dans un classement ? Que ce soit en termes d’image, de marketing ou de business development. En effet, être présent dans un classement demande au préalable d’être connu voire reconnu dans un secteur. Pour être connu ou reconnu, il faut communiquer. La communication induit de dégager du temps.

Être absent dans les classements est-il mauvais pour les affaires ?
Non. Dès lors que vous êtes visible et communiquez avec d’autres outils de communication. Être visible rassure le client mais ne développe pas la clientèle. Néanmoins, le client est fier que son cabinet soit classé. Être classé contribue à donner une image de prestige et distingue les cabinets qui ont la réputation d’offrir la meilleure qualité de service et la meilleure opportunité de carrière.

Être présent dans les classements est-il bon pour les affaires ?
Oui et non. Oui, car il profite à votre image, c'est-à-dire qu’il participe à la représentation affective et rationnelle permettant de qualifier le cabinet.  Cela profite également à votre notoriété, c'est-à-dire le nombre de prospects, clients, confrères étant en mesure de citer le nom du cabinet. Non, car le fait d’être distingué n’apporte pas, concrètement, de nouveaux clients. Même si être présent dans des classements liés à votre domaine est positif pour l’image, le fait de participer est chronophage.

À retenir :
Être présent judicieusement dans des classements, pour cela :
1. Réaliser une veille sur les classements car de nouveaux acteurs font leur apparition.
2. Sélectionner les classements auxquels participer.
3. Prendre le temps de répondre aux questionnaires.
4. Si le cabinet/avocat est classé : communiquer en interne, auprès des clients et créer un buzz sur le Net.

Deyla Partners accueille Olivier Laffitte

- 483 vues

Deyla Partners annonce l’arrivée d’Olivier Laffitte, spécialiste du droit public des affaires, de la construction et de l’environnement.

Ana Brandao rejoint BDO Avocats

- 499 vues

Ana Brandao, spécialisée en droit des sociétés, rejoint BDO Avocats, cabinet du 5e réseau mondial d’audit et de...

Le cabinet Racine condamné en appel

- 566 vues

Un arrêt de la cour d’appel de Paris a condamné le cabinet Racine à payer la somme de 100 000 € à l’un de ses...

Médiation franco-allemande

- 483 vues

La chambre franco-allemande de commerce et d’industrie se dote d’un centre de médiation spécialisé dans la résolution...

Avosial

- 478 vues

Lors de la séance du 6 octobre 2021, le bureau du syndicat d’avocats d’entreprises en droit social Avosial a élu, pour un mandat...

Conférence annuelle de l’AFA

- 496 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Le private equity a le vent en poupe

- 536 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

The future of work

- 580 vues

Herbert Smith Freehills vient de publier la deuxième édition de son étude The future of work, qui traite notamment de l’impact...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne