Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Grexit : "Nous entrons dans une zone de surveillance"

Par Laurence Garnerie

Image
Image
Alors que, lors du référendum du 5 juillet dernier, les Grecs se sont massivement prononcés contre les propositions des créanciers de la Grèce, le spectre d'une sortie de la zone euro de la République hellénique plane plus que jamais sur l'Union européenne. Quelles seraient alors les conséquences d'un "Grexit" pour les acteurs économiques ? Faut-il céder à la panique ? Éléments de réponse avec Sharon Lewis et Richard Jadot, avocats associés chez Hogan Lovells, respectivement responsable du département Finance au niveau mondial et responsable du département Banque & Finance à Paris.

Si la Grèce venait à sortir de la zone euro, qu'adviendrait-il des contrats en cours avec des acteurs grecs pour les entreprises étrangères ? 
Sharon Lewis :
Cela dépendra de ce que prévoit le contrat. Si cela devait arriver, on pourrait s’attendre à ce que, du côté grec, la devise remplaçant l’euro soit d’ordre public. Pour tout autre droit, un changement de devise ne changerait pas forcément ni le contrat, ni l’obligation de payer en euro, sauf, comme aujourd'hui, si les contrôles de capitaux continuaient, et il faudrait alors voir s'il y a illégalité ou force majeur. La sortie de la Grèce de la zone euro ne devrait pas entraîner le défaut des engagements en eux-mêmes. En revanche, elle pourrait avoir des conséquences sur les entreprises : vont-elles devenir précaires ?
Richard Jadot : Nous n’entrons pas dans une zone de panique mais dans une zone de surveillance de tous les éléments juridiques et contractuels. Ceux qui seront le mieux préparés aux prochains événements sont ceux qui auront le mieux surveillé, notamment les conséquences d’un changement de devises, du contrôle des changes, des procédures collectives, des faillites et de l’insolvabilité des entreprises grecques, ce qui implique une surveillance du droit local.

Comment les entreprises, notamment françaises, peuvent-elles se prémunir à ce stade des éventuels risques de défaillance des entreprises grecques?
S. L. :
Soit les contrats contiennent certaines clauses de protection, soit c’est trop tard. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il va être possible de les renégocier. Il y a eu une grande réticence de la part des acteurs économiques à prévoir la sortie d’un pays de l’euro et ils n’ont généralement pas prévu de clauses en ce sens.
R. J. : Il faudra étudier les contrats au cas pas cas mais c’est la relation commerciale qui devra prévaloir. Les acteurs devront nécessairement trouver des solutions au-delà du droit et du contrat pour pouvoir continuer à travailler ensemble. On ne connaît pas l’impact réel d’une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro. Aujourd’hui, ce n’est pas encore une réalité.

Les risques que fait peser une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro ne risque-il pas d'inciter les investisseurs en Europe à privilégier l'attentisme ?
S. L :
Le marché obligataire est déjà affecté. Il n’y pas eu beaucoup d’émissions d’obligations au mois de juin, en attendant de voir ce qui allait se passer en Grèce. Les émissions qui étaient prévues pour le début du mois de juillet n’auront pas lieu. Mais cet attentisme devrait être limité.
R. J. : Si les investisseurs sont attentistes demain avec le problème grec, ils le seront pour le monde entier, car cela signifierait qu’ils anticipent un scénario catastrophe ne se limitant pas à la Grèce, ni à l’Europe. Cela provoquerait une réaction en chaine et les investisseurs en seraient conscients. Certes, les taux d’intérêt peuvent monter pour une certaine catégorie de titres, les budgets des pays peuvent être affectés, mais on peut aussi imaginer un scénario plus rose avec une remise en question plus rapide des institutions européennes et du fonctionnement de l’Europe et une amélioration de sa crédibilité. Les investisseurs sont assez pragmatiques en général et trouveront même peut-être des opportunités. Mais le simple Grexit en tant que tel ne devrait pas entraîner un attentisme plus prononcé de leur part.


Propos recueillis par L.G.

 

Contrôle des concentrations

- 428 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Squair accueille deux associés

- 497 vues

Squair renforce sa pratique de droit social et de droit pénal des affaires, avec Benoît Dehaene et Bruno Welsch, en qualité d’associés.

Delsol Avocats coopte

- 466 vues

Delsol Avocats nomme Séverine Bravard et Manuel Wingert, associés.

Hogan Lovells promeut

- 605 vues

Hogan Lovells annonce l’arrivée de Pierre-Marie Boya, en qualité de counsel au sein de l’équipe Corporate / Private Equity.

Laurence Pinot-Lacan, DJ de Ramsay Santé

- 471 vues

Ramsay Santé annonce la nomination de Laurence Pinot-Lacan en qualité de directrice juridique groupe et secrétaire du conseil d’administration.

Delsol Avocats coopte

- 466 vues

Delsol Avocats nomme Séverine Bravard et Manuel Wingert, associés.

Squair accueille deux associés

- 497 vues

Squair renforce sa pratique de droit social et de droit pénal des affaires, avec Benoît Dehaene et Bruno Welsch, en qualité d’associés.

Hogan Lovells promeut

- 605 vues

Hogan Lovells annonce l’arrivée de Pierre-Marie Boya, en qualité de counsel au sein de l’équipe Corporate / Private Equity.

Laurence Pinot-Lacan, DJ de Ramsay Santé

- 471 vues

Ramsay Santé annonce la nomination de Laurence Pinot-Lacan en qualité de directrice juridique groupe et secrétaire du conseil d’administration.

Linklaters promeut 6 counsels

- 591 vues

Linklaters annonce la nomination de 6 counsels : Mehdi Boumedine, Julien Bourmaud-Danto et Thomas Pontacq en corporate/M&A, Eléonore Hannezo...

Scotto Partners promeut

- 557 vues

Charlotte Hazan est promue counsel au sein du cabinet Scotto Partners qu’elle a rejoint en 2018 et où elle évolue au sein du département...

Contrôle des concentrations

- 428 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Rapport 2020 de l’AFA

- 443 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Criminalité financière en 2021

- 480 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Lutte contre les cartels

- 541 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

5e édition de la PAW

- 529 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

Simon Client Management

- 592 vues

Le cabinet Simon Associés crée, avec Seraphin Legal, un dispositif innovant d’accès du client à l’information de...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne