Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

Vers une protection du secret des affaires

Par Miren Lartigue

Les sept articles de la proposition de loi sur la protection du secret des affaires déposée en juillet 2014 à l’Assemblée nationale ont été introduits par voie d’amendements dans le projet de loi pour la croissance et l’activité lors de l’examen du texte en commission spéciale.



Présentés et défendus par le rapporteur général, Richard Ferrand, et adoptés avec l’avis favorable du gouvernement, les amendements visent à insérer dans le livre premier du Code de commerce un titre V intitulé « du secret des affaires » qui introduit une définition et une protection civile et pénale du secret des affaires. Un amendement prévoit également des modifications de la loi du 26 juillet 1968 relative à la communication de documents à des personnes étrangères, dite loi de blocage.

Une initiative qui intervient alors que la proposition de directive européenne sur le secret des affaires adoptée en mai 2014 par le Conseil européen doit être soumise au vote du Parlement européen en avril prochain.

Contrairement au texte français qui privilégie la voie commerciale, la directive aborde la question sous l’angle de la propriété intellectuelle. Et si le premier énumère certains cas dans lesquels la divulgation de secrets d’affaires est licite pour préserver les libertés publiques (liberté syndicale, protection des journalistes et des lanceurs d’alerte, respect des autorités juridictionnelles et administratives françaises et étrangères), la seconde en prévoit davantage (travailleurs dans le cadre de l’exercice légitime de leur fonction de représentation, rétro-ingénierie, protection de l’intérêt légitime à agir en justice…).

La principale critique adressée au texte français par les entreprises tient à son ancrage au Code du commerce qui, s’il confère rapidité et confidentialité à la procédure, ne permet pas de répondre au fait qu’un très grand nombre des délits en cette matière sont le fait de salariés, qui n’ont pas la qualité de commerçants.

L'examen en séance publique du projet de loi pour la croissance et l'activité doit démarrer le 26 janvier.

M.L.

 

Bird & Bird coopte Carole Bodin

- 502 vues

Carole Bodin est cooptée associée du cabinet Bird & Bird. Avocat aux barreaux de Paris et de New York, elle conseille des groupes...

HSF promeut Mathias Dantin

- 560 vues

Herbert Smith Freehills annonce la nomination de Mathias Dantin en tant qu’associé au sein de la pratique Énergie et Infrastructure...

Alice Flacco, GC de MicroPort CRM

- 499 vues

Alice Flacco est nommée directrice juridique de MicroPort CRM, une société à dimension mondiale spécialisée dans...

3e édition du baromètre RGPD

- 471 vues

Data Legal Drive propose un sondage pour préparer la 3e édition de son baromètre RGPD, trois ans après l’entrée...

Lauréats 2021 du prix DJCE

- 505 vues

Le cabinet CMS Francis Lefebvre Avocats a décerné, le 12 avril dernier, son 10e Prix DJCE CMS Francis Lefebvre Avocats des meilleurs futurs...

Webinaire Compliance

- 524 vues

Hughes Hubbard & Reed organise un webinaire consacré à la compliance le mardi 27  avril 2021 à 15  heures, via Zoom.

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne