Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Image

La médiation, mal-aimée des entreprises

Par LA LETTRE DES JURISTES D'AFFAIRES

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires n°1389 du 18 mars 2019

Le groupe de travail constitué au sein du Club des juristes et présidé par Pierre Servan-Schreiber, après avoir procédé à de nombreuses auditions, vient de rendre un rapport sur le sujet aux termes duquel quatre recommandations sont formulées pour réconcilier l’entreprise avec la médiation. Le groupe de travail préconise cependant clairement d’éviter l’écueil de la « médiation obligatoire » qu’il estime être une notion antinomique.

«Nous avons voulu comprendre pourquoi la médiation ne marche pas mieux ». C’est la mission que le groupe de travail constitué à la fin de l’année 2017 s’était fixée. Il a été constitué sous l’égide du think-tank le Club des juristes, à l’initiative du Centre de médiation et d’arbitrage de Paris (CMAP). Présidé par l’avocat et médiateur Pierre Servan-Schreiber, il réunissait également la professeure Soraya Amrani-Mekki, le médiateur et président d’honneur de l’AFJE, Pierre Charreton, Guillaume Forbin, avocat et médiateur, et Sophie Henry, présidente du CMAP. Les auteurs du rapport ont auditionné près de 40 personnes : avocats, professeurs, juristes d’entreprise, dirigeants d’entreprise, magistrats, etc. Après avoir défini les contours de la « médiation », dont la polysémie, y compris dans les textes prête à confusion, le rapport dresse le constat d’une véritable barrière culturelle qui freine son essor. Ils ont présenté leur rapport le 13 mars au Club des Juristes.

Le groupe de travail y a pointé des réticences côté avocats, tout d’abord, parce que ces derniers, qui facturent souvent à l’heure, sont réputés trouver davantage d’intérêt dans une situation contentieuse qui dure. Ces réserves se retrouvent également du côté des juristes d’entreprises, qui voient dans le contentieux un « pré carré », au sein duquel ils jouissent d’un certain prestige. Il est également délicat pour les hommes de loi de conseiller une médiation à l’entreprise. « Mais on vous paye pour défendre l’entreprise, et pas pour compromettre », craignent-ils de se voir répondre, rapporte Pierre Charreton, qui estime que les enjeux de pouvoir sont un frein essentiel au recours à la médiation. Pierre Servan-Schreiber rapporte ainsi qu’un directeur des affaires financières lui avait confié qu’il était plus commode d’être condamné par un tribunal à verser une grosse somme d’argent à un ancien employé que de verser ces sommes volontairement dans le cadre d’un accord transactionnel.

Plus surprenant, certains magistrats semblent également rejeter la médiation conventionnelle, puisqu’elle échappe à leur contrôle. Le résultat de ces réserves : une méconnaissance, voire une méfiance des chefs d’entreprises à l’égard de ce mode de règlement des conflits, alors que les autres solutions qui s’offrent à eux, notamment le recours aux juridictions, ne sont satisfaisantes ni en termes de temps, ni en termes de coût. Le rapport se penche aussi sur l’écosystème de la médiation, qui jouit pour le moment d’une médiocre réputation auprès des entreprises et s’attache à expliquer de quelle façon les médiateurs sont formés et rémunérés et comment les entreprises peuvent choisir ceux qui leurs conviennent. Il pointe des statistiques lacunaires sur les médiations, qui empêchent de jauger leur efficacité et même le taux de recours à ces solutions.

Quatre recommandations

Le groupe de travail préconise de sensibiliser les entreprises à la médiation, notamment au moyen de formations, dispensées en interne par des directeurs juridiques formés à la médiation et en externe par des centres de médiation. Pour surmonter les frilosités de certains membres de la profession d’avocat, ainsi que de leurs clients à la médiation, il est également recommandé d’introduire, dans le règlement intérieur national de la profession d’avocat, une obligation déontologique d’informer le client sur la médiation. Le groupe de travail demande également la mise en place d’un outil statistique centralisé afin de recenser le nombre des médiations menées et leurs caractéristiques : nature, montant, résultat. La dernière recommandation est de modifier les dispositions de l’article 1534 du Code civil afin de permettre, après la signature d’un protocole transactionnel, l’homologation judiciaire de l’accord de manière unilatérale. Actuellement, cette homologation n’est possible que si toutes les parties ont donné leur accord, ce qui permet la rétractation de l’une d’elles, même après signature.

Et pour surmonter les freins au recours à la médiation, Pierre Servan-Schreiber de lancer cette idée : « et si on s’adressait aux hommes du chiffre, plutôt qu’aux hommes du droit ? ».

Création du cabinet Nexa Avocats

- 465 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 447 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 434 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Deux cabinets sur la cession de CGRM

- 434 vues

Soucieux de se recentrer sur son cœur de métier, Gras Savoye Willis Towers Watson est en négociations exclusives avec SPVie Assurances...

Création du cabinet Nexa Avocats

- 465 vues

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière fondent Nexa Avocats, une boutique de droit fiscal qui opère la jonction entre la fiscalité...

Création du cabinet Ollyns

- 697 vues

Le cabinet Ollyns ouvre ses portes à Paris, au 29, rue Fortuny, dans le dix-septième arrondissement.

DAYONE DAY ONE

Le Covid, nouveau risque juridique

- 447 vues

Le cabinet de conseil Day One vient de publier son Baromètre 2020 des risques juridiques des sociétés du CAC 40, qui synthétise...

Pierre Gide, une vie d’avocat

- 425 vues

Toutes les semaines, le meilleur des évènements, des initiatives, des rendez-vous et des publications à venir, de la communauté...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne