Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Ouvrir votre image à l'international : une nécessité

Par Brigitte Van Dorsselaere - Image Juridique

Aujourd’hui, notamment avec le développement d'Internet et l’internationalisation des dossiers, le cabinet d’avocats, quels que soient sa taille et son domaine de compétence, doit penser sa communication à l’Europe et à l’international. Du particulier à la multinationale, chacun accède en effet, désormais, à la totalité du marché de la planète et l'avocat doit s'adapter à ce contexte transfrontalier.

Pour répondre à ce nouveau besoin, il est essentiel de s'ouvrir au monde et de le mettre en avant : d’une part, en communiquant et donc en échangeant, notamment avec des confrères étrangers, et d’autre part, en mettant en avant cette ouverture dans ses outils de communication.

Échanger au-delà des frontières

Quel que soit son domaine de compétence, l’avocat ne peut plus aujourd'hui raisonner franco-français. Il doit avoir avec le réflexe européen et international, tant dans le cadre de son domaine de compétence que de ses échanges.

Or, asseoir son image à l’international, c’est déjà, en amont, penser à communiquer et à échanger avec l’étranger. Par exemple, en envisageant les actions suivantes :

  • partager avec des confrères d’autres pays ;
  • accueillir des stagiaires étrangers au cabinet. ou organiser des échanges de stagiaires entre la France et l’étranger. Les barreaux favorisent souvent cette démarche en accueillant des jeunes avocats étrangers et en permettant à des avocats français d’effectuer des stages à l’étranger ;
  • tisser des relations avec des cabinets implantés à l’étranger (réseau de "best friends") ou ouvrir un bureau à l’étranger pour un plus gros cabinet ;
  • publier dans des revues étrangèressur le droit international ou sur un droit étranger ou en binôme avec un avocat étranger ;
  • être présent dans des annuaires internationaux ;
  • être présent sur le net via un site au moins proposé en français et en anglais ;
  • échanger et partager au-delà des frontières via les réseaux sociaux ;
  • participer à des évènements (conférences, petits-déjeuners ou autres), par exemple sur le droit comparé, la conformité aux directives européennes, les textes internationaux chapeautant une matière ou sur un droit étranger, seul ou mieux en binôme avec un avocat étranger ;
  • participer aux groupes de travail de votre barreau, par exemple aux commissions ouvertes internationales ou bilatérales du barreau de Paris ;
  • se tenir informé des évènements internationaux de votre barreau et tenter d’y participer. Par exemple, Campus Asie au Vietnam, proposé en 2013 par le barreau de Paris, a permis aux avocats français acteurs en Asie, de se rencontrer, de dialoguer avec des avocats d’Asie, d’être formés, d’échanger avec leur barreau, de faire la connaissance d’entrepreneurs français et de décideurs économiques de la région ASEAN grâce au partenariat avec Ubifrance) ;
  • demander à bénéficier d'un congé solidaire libéral à l'étranger, comme le propose le fonds de dotation Barreau de Paris Solidarité ;
  • éventuellement, bien sûr et avant tout, améliorer son niveau de langues étrangères et celui de son équipe, dans le cadre de formations.

Faire connaître son ouverture à l’international

Ensuite, au niveau des outils de communication, il est essentiel de mieux mettre en avant cette démarche transfrontalière, par exemple :

1. Dans le choix de son nom et de son logo

Il est important que le nom du cabinet qui se crée soit « internationalisable » tant au niveau du sens que de la prononciation, et que le logo se situe dans l'univers graphique des logos de cabinets internationaux (après un benchmark des logos de sa matière à l’international).

2. Sur ses supports de communication

Il faut penser à prévoir certaines mentions, dans la plaquette et le site du cabinet, pour mieux suggérer sa démarche internationale :

- le nom des clients : mention autorisée, à titre exceptionnel, dans les plaquettes destinées à l'international ;

  • les langues de travail utilisées au cabinet ;
  • l’expérience passée, la formation et les diplômes lorsqu’il y a un lien avec l’international ;
  • la présence au cabinet d'avocats inscrits à un barreau étranger ;
  • l’accueil d'avocats étrangers ou de stagiaires étrangers au cabinet ou l'échange de stagiaires avec l'étranger ;
  • l'appartenance à un réseau international ou un partenariat avec un bureau étranger ou l'ouverture d’un bureau secondaire à l'étranger ;
  • l'enseignement dans le cadre de modules de formation en droit européen ou droit international ;
  • la participation d'avocats du cabinet aux travaux ou groupes du barreau, telles les commissions ouvertes internationales ou bilatérales du barreau de Paris ;
  • toute expérience d’avocats du cabinet à l’étranger, y compris dans le cadre d'un congé solidaire libéral à l'étranger.

Éventuellement, une page de la plaquette ou une rubrique du site, pourra même être consacrée à cette approche internationale.

Bien sûr, il convient aussi de proposer une traduction des textes de tous ses outils de communication (plaquette, site, cartes de visite, de correspondance, de vœux, etc.), au moins en langue anglaise.

Enfin, au-delà de la plaquette et du site du cabinet, des éléments liés à l’ouverture à l’international seront également précisés dans le cadre de communiqués de presse adressés aux journalistes sur la vie du cabinet (par ex., recrutements, intégration dans un réseau, participation à un groupe de travail, nominations, etc.), lesquels communiqués peuvent aussi être adressés en anglais à certains supports.

La démarche doit devenir systématique !

Bird & Bird coopte Carole Bodin

- 479 vues

Carole Bodin est cooptée associée du cabinet Bird & Bird. Avocat aux barreaux de Paris et de New York, elle conseille des groupes...

Cinq cabinets sur l’OPAS de Tarkett

- 527 vues

La famille Deconinck, actionnaire de contrôle de Tarkett, lance une offre publique d’achat simplifiée (OPAS) sur les actions du fabricant...

Bird & Bird coopte Carole Bodin

- 479 vues

Carole Bodin est cooptée associée du cabinet Bird & Bird. Avocat aux barreaux de Paris et de New York, elle conseille des groupes...

HSF promeut Mathias Dantin

- 538 vues

Herbert Smith Freehills annonce la nomination de Mathias Dantin en tant qu’associé au sein de la pratique Énergie et Infrastructure...

Alice Flacco, GC de MicroPort CRM

- 479 vues

Alice Flacco est nommée directrice juridique de MicroPort CRM, une société à dimension mondiale spécialisée dans...

SVZ coopte Antoine Haï

- 515 vues

Sekri Valentin Zerrouk annonce la nomination d’Antoine Haï en qualité d’associé au sein de la pratique M&A - Private...

3e édition du baromètre RGPD

- 448 vues

Data Legal Drive propose un sondage pour préparer la 3e édition de son baromètre RGPD, trois ans après l’entrée...

Lauréats 2021 du prix DJCE

- 487 vues

Le cabinet CMS Francis Lefebvre Avocats a décerné, le 12 avril dernier, son 10e Prix DJCE CMS Francis Lefebvre Avocats des meilleurs futurs...

Webinaire Compliance

- 512 vues

Hughes Hubbard & Reed organise un webinaire consacré à la compliance le mardi 27  avril 2021 à 15  heures, via Zoom.

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne