On attend aujourd’hui de la Direction Juridique qu’elle explique son rôle, sa mission, en quoi elle contribue à la croissance et à la stratégie de l’entreprise. Ce qu’on appelle le Mission Statement. Les juristes doivent donc véritablement définir leur « valeur ajoutée ». Pour démontrer cette valeur ajoutée, les juristes doivent la mesurer et pour ce, définir les indicateurs de performance (ou KPIs) les plus pertinents. Ces indicateurs peuvent se mesurer sur plusieurs axes.

1. Mesurer la performance sur la mission et la vision

  • Si le Mission statement détermine que le juriste doit être un « business partner » des opérationnels, alors on doit mettre en place un indicateur qui démontre qu’on est business partner !
  • Exemples d’indicateurs de performance : le nombre de réunions avec les opérationnels, le nombre de réunions de Kick Off sur des projets, le % de projets où on est intégré dès l’amont…

2. Mesurer la performance par parties prenantes

  • En fonction des parties prenantes de la direction juridique, les objectifs de communication ne sont pas les mêmes… et donc les indicateurs non plus.
  • Exemple d’indicateur de performance : si la partie prenante est le directeur financier, le ratio Budget juridique sur Chiffre d’Affaires peut permettre de valoriser la maitrise du coût juridique dans l’entreprise par exemple.

3. Mesurer la performance par domaine organisationnel de la Direction juridique

  • La direction juridique s’organise autour de 5 actifs immatériels clefs : son positionnement, les parties prenantes (clients, avocats), l’actif humain (les équipes), la gestion des savoirs et de l’innovation, l’organisation.
  • Exemple d’indicateur de performance : le nombre annuel de formations par juriste permet de démontrer que la direction juridique développe les compétences de ses équipes et donc l’actif humain ; une note de satisfaction des clients internes sur une échelle de 1 à 10 permet de démontrer la performance de la Direction Juridique.

4. Mesurer la performance par projet juridique

  • Les directions juridiques doivent de plus en plus travailler en mode projet juridique. Un projet juridique consiste en la gestion de multi parties prenantes pour répondre à des multi-complexité, soit sur la matière juridique elle-même (ex : un gros contrat, une opération de fusions-acquisitions…) ou sur l’organisation juridique (ex : projet de transformation/digitalisation de la direction juridique)
  • Exemple d’indicateur de performance : le % d’avancement d’un projet de transformation permet de piloter et/ou valoriser le projet. Le % est une moyenne des % de sous-projets, par rapport à des objectifs de qualité, de coûts ou de délais.

Il n’existe pas d’indicateur de performance « magique » qui s’applique à toutes les directions juridiques : tout dépend du secteur, de la taille de l’entreprise, du profil de la Direction Juridique, de ce qu’elle externalise… Le pire indicateur de performance étant la volumétrie contractuelle… Néanmoins, mesurer la performance de la direction juridique répond toujours à un même principe : réfléchir par rapport à un objectif de démonstration et à une cible.