Le rôle crucial de l’avocat dans la formation

Paru dans La Lettre des Juristes d'Affaires N°1340 du 5 mars 2018

0
541
 

Leur rôle dans la médiation est très souvent sous-estimé par les avocats. Sans doute faute de connaissance de la méthode et du déroulement du processus. Et puis, l’avocat doit s’éloigner des réflexes trop judiciaires pour accueillir toute la force de la médiation.

Il ne suffit pas de s’adapter. Certains n’y sont pas prêts. L’avocat a pourtant un rôle à tenir, un rôle positif et même déterminant. Association et alliance en sont les mots-clés. L’avocat doit savoir que le médiateur est son allié et réciproquement.

À lire : Retour d’expérience : la formation CMAP à la médiation

Quelques points saillants :

Hors de tout conflit, c’est lui qui peut suggérer une clause dans un contrat. Même si de plus en plus de juristes comme Pierre Jérôme Abric, sont déterminés à intégrer l’amiable dans tous leurs contrats, l’avocat reste le principal prescripteur de la médiation. Sébastien Mendès Gil, avocat et médiateur, rappelle aussi que dans le code de déontologie européen de la profession, le premier rôle de l’avocat est de proposer une solution amiable.

Lorsque le conflit est enclenché mais qu’on se dirige vers la médiation, l’avocat doit la préparer et former le client à ce processus. Il doit aussi l’aider dans le choix du médiateur.

À lire : Trois questions à Sophie Henry, Déléguée générale, CMAP

Pendant la médiation, l’avocat doit jouer un rôle très actif. Il forme une équipe avec son client, et il est son négociateur. Il doit aussi entendre l’autre partie qui s’exprime comme rarement, suivre l’avancée du processus et anticiper chaque étape. Son analyse du litige et du risque seront précieuses. L’avocat participe pleinement à la MeSoRe (meilleure solution de rechange), c’est à dire ce qui se passera s’il n’y a pas d’accord. En général, c’est la voie du procès. Or évaluer l’aléa judiciaire est sa spécialité. Pendant les plénières, il est apparemment plus en retrait et surtout il ne doit pas se placer dans le contradictoire. Pendant les apartés, il remonte au créneau, surtout sur les questions juridiques dont il est le seul expert. Enfin, à la fin du processus, il va rédiger l’accord, voire le faire homologuer. Beaucoup de travail et à forte valeur ajoutée ! Sans connaissance du mécanisme, l’avocat ne peut jouer son rôle.