Alors que plusieurs firmes américaines tentent actuellement d’accéder au marché parisien, c’est un cabinet britannique qui se place sous les projecteurs en annonçant son ouverture dans la capitale, au 118 avenue des Champs Elysées.

L’implantation de Signature Litigation est permise grâce au recrutement d’une équipe de quinze personnes, réunies autour de la personnalité de Thomas Rouhette et de ses deux associées Sylvie Gallage-Alwis et Emmanuèle Lutfalla.

Les deux premiers sont issus du cabinet Hogan Lovells au sein duquel ils portaient l’équipe litigation et la pratique product liability à l’international. Au sein de la nouvelle maison, Thomas Rouhette compte poursuivre sa pratique de contentieux multi-juridictionnels et internationaux, tant commerciaux que financiers, sans oublier son implication sur les dossiers de responsabilité du fait des produits défectueux, notamment dans le secteur de l’aviation.

Sylvie Gallage-Alwis prend pour sa part en charge la pratique responsabilité et sécurité des produits, secteur dans lequel elle conseille les fabricants sur leurs dossiers pré-contentieux, devant les tribunaux, mais également dans le cadre d’enquêtes réglementaires.

Emmanuèle Lutfalla, qui exerçait jusqu’à présent au sein du cabinet Soulié & Coste-Floret comme associée, crée la pratique assurance et réassurance, dans laquelle elle intervient dans des secteurs divers comme celui des médicaments, de la construction et de l’immobilier. Une union des forces très prometteuse. On aura par exemple repéré les associés auprès de grands noms comme Renault, Apple, Boeing, ou encore Honeywell.

Et, comme toujours, la survenance régulière de conflits d’intérêts aura fini d’emporter leur décision de s’engager dans un nouveau projet. « Nous ouvrons à Paris un type de cabinet qui n’y existait pas jusqu’à présent : un modèle de boutique, d’origine londonienne, haut de gamme pour le règlement des contentieux et des arbitrages internationaux », explique Sylvie Gallage-Alwis.

Et Thomas Rouhette d’expliquer : « Signature Litigation est un cabinet fondé notamment par Graham Huntley (ndlr : un ancien d’Hogan Lovells) en 2012 et qui se composait jusqu’à présent de 11 associés et d’une trentaine d’avocats. L’équipe, marquée par son tempérament entrepreneurial, consacre son activité exclusivement au contentieux et à l’arbitrage international de façon à limiter le risque de conflits d’intérêts ». Si le bureau parisien ouvre pour le moment avec un axe très contentieux des affaires, l’équipe ne cache pas ses ambitions de développement.

Emmanuèle Lutfalla explique : « nous souhaitons recruter des praticiens réputés en matière d’arbitrage international, en compliance, en droit pénal des affaires, voire également en contentieux des brevets ». Fort de ces perspectives encourageantes, ce cabinet devrait sans nul doute trouver rapidement sa place à Paris.