L’Association Française d’Arbitrage a consacré sa conférence annuelle à analyser une préoccupation latente (obsessionnelle ?) dans toutes les professions juridiques, du chiffre et du conseil : la place de l’intelligence artificielle. Marc Henry, le président de l’AFA, avait donc convié Jean-Baptiste Racine, professeur à l’université Nice Sophia Antipolis, pour expliquer ses enjeux pour l’arbitrage et les arbitres.

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

 

Inscrivez-vous et profitez de 15 jours offerts.
Sans engagement, sans carte bancaire

LJA, L'ESSENTIEL ET L'EXPERTISE DU DROIT DES AFFAIRES