Le cabinet Duclos Thorne MolletViéville & Associés a entamé une nouvelle phase de son développement depuis quelques mois.

D’abord par le passage à l’acronyme DTMV, mais aussi par la transformation du cabinet en SELARL l’an passé ou encore par la mise en place de nouvelles règles de gouvernance. Les fondateurs sont en train de passer la main à la génération de jeunes associés, même s’ils demeurent bien sûr en activité. La nouvelle génération d’associés est constituée, pour la plupart d’entre eux, par d’anciens collaborateurs de la maison ayant été cooptés après plusieurs années de formation.

Mais le cabinet s’est également ouvert à quelques recrutements externes, notamment avec les associés en M&A Arnaud Vanbremeersch et Thibaut Lasserre qui sont d’anciens de Jones Day. Il s’agit donc la troisième arrivée d’externe qui est aujourd’hui annoncée.

Celle de Julien Grosslerner qui rejoint le cabinet comme associé pour renforcer le positionnement auprès des acteurs des médias, du digital et de l’entertainment.

Diplômé de l’IEP de Paris (2000), Julien Grosslerner a exercé à la direction juridique de TF1 pendant sept ans, au sein de laquelle il a été nommé responsable juridique du pôle Entertainment. Il a ensuite pris les fonctions de directeur adjoint du licensing à la SACEM (2007-2008), puis de directeur juridique adjoint de Banijay Entertainment (2008-2009).

Il a enfin rejoint NBC Universal Networks en 2009, en tant que directeur juridique et distribution pour l’Europe du Sud, avant de créer son cabinet d’avocats six ans plus tard.

Il devient aujourd’hui le dixième associé de DTMV.

Son activité se concentre sur les problématiques contractuelles et réglementaires pour lesquelles il conseille une clientèle de multinationales et de PME en plein essor dans les secteurs de la télévision, du cinéma, des médias et du digital. « Sa pratique vient renforcer le pôle propriété intellectuelle du cabinet, qui historiquement est important au sein de DTMV.

Mais ses compétences en conseil lui permettront également d’intervenir en synergie avec le pôle droit et contentieux des affaires de la structure », explique Arnaud Vanbremeersch. Ce dernier pôle est d’ailleurs promis à de prochains renforcements permettant d’asseoir la stratégie du cabinet qui est de proposer une offre globale et intégrée à des grands groupes, notamment du secteur des médias, du divertissement, du luxe et des nouvelles technologies.