De la gestion des finances, en passant par les informations de production, les données clients, les données issues des capteurs… L’entreprise est devenue ultra-dépendante de ses progiciels de gestion intégrés. Et par le jeu de contrats complexes sur un domaine d’une sophistication technique certaine, les plus grandes entreprises se trouveraient en position de faiblesse face aux éditeurs de ces logiciels. Plusieurs questions s’imposent : comment a-t-on pu en arriver là ? Pourquoi l’aspect juridique des négociations fut-il si peu pris en compte ? Cette dépendance est-elle réelle ? Existe-t-il des moyens, juridiques notamment, de regagner des marges de manœuvre ?
« C’est un sujet sensible, très politique dans l’entreprise…  Je veux bien vous raconter, mais surtout ne me citez pas »… La question des rapports entre les entreprises et les éditeurs des progiciels de gestion intégrés (PGI) est un sujet tabou. Mais les langues se délient au fur et à mesure qu’augmentent les pressions exercées ...