Vous en avez rêvé, votre agence de RP l’a fait ! Dans quelques heures, vous serez en plateau pour votre première interview radio. Vous oscillez à présent entre la fierté d’être celui qui a été choisi pour apporter un éclairage juridique sur un sujet donné, et la crainte de prendre la parole au micro. Autant, vous êtes à l’aise – ou avez appris à l’être – avec les journalistes de la presse écrite, autant vous retrouver à l’antenne est une grande première. Cela est tout à fait normal et, rassurez-vous, il existe quelques règles élémentaires pour préparer et réussir votre prise de parole.

Toute intervention se pense, s’écrit et se dit !

La première règle de base consiste à bien appréhender les conditions de votre intervention. Le plus fréquemment, il s’agira d’une interview en direct et non pas d’un enregistrement pour une diffusion ultérieure (« prêt à diffuser » (PàD). Dans le second cas, vous aurez la possibilité de refaire une ou plusieurs « prise (s) » si de besoin, ce qui a pour avantage d’être souvent moins stressant. Le revers, et il faut en être conscient, est qu’une partie de vos propos peut être coupée au montage.

Renseignez-vous sur la durée de votre intervention, une émission de radio est minutée et les temps de paroles déterminés. Connaître en amont le nombre de journalistes, animateurs, ou autres éventuels invités s’avère également utile. La manière de conduire votre interview et vos possibilités d’intervention seront différentes selon que vous soyez à l’antenne en direct 5 minutes pendant le JT avec un seul journaliste comme interlocuteur, que vous soyez convié à débattre d’un sujet d’actualité en direct pendant une heure dans le cadre d’une émission réunissant plusieurs intervenants, ou que votre interview soit enregistrée pour être diffusée par la suite en mode reportage.

Un rapide échange téléphonique avec le journaliste en amont permettra de bien définir le sujet de votre intervention, voire le sensibiliser sur les points que nous pourrez pas, ou ne souhaitez pas, aborder.

Comme le disait le financier et homme politique américain Bernard Mannes Baruch, « l’aptitude à exprimer une idée est presque aussi importante que l’idée elle-même ». Les auditeurs à qui vous vous adresserez retiendront uniquement un ou deux messages clés. Aussi, hiérarchisez vos idées pour n’en conserver que l’essentiel et notez-les par écrit. Vous n’êtes pas interviewé pour être exhaustif sur le sujet mais pour apporter un décryptage ou un commentaire clair et concis.

Pensez vulgarisation, vulgarisation et encore vulgarisation ! Etaler son savoir juridico-juridique n’a pas lieu d’être. Ne perdez pas de vue votre objectif premier qui est de vous adresser aux auditeurs qui, contrairement à vous, ne sont pas des experts. Être trop technique vous desservira au risque également que la rédaction ne « blackliste » vos coordonnées à l’avenir.

Même si de plus en plus souvent les émissions sont filmées, pour être visionnées en streaming par la suite, la voix, la parole, le poids des mots constituent l’ADN de la radio. Il vous faut donc vous approprier votre voix ! Enregistrez-vous, réécoutez-vous jusqu’à trouver le son médium qui vous permettra de vous exprimer avec aisance. Les sons aigus et graves viendront alors ponctuer votre prise de parole, donner du rythme et maintenir les auditeurs en alerte.

Le compte à rebours est lancé… et vous êtes à l’antenne !

La plupart des interviews radio sont réalisées par téléphone, toutefois votre présence en studio pourra être requise. La posture que vous adopterez sera déterminante dans le bon déroulement de votre intervention.

Muni de votre téléphone, est-il encore nécessaire de rappeler qu’il est inconcevable de l’utiliser en mode mains libres ! Idéalement, équipez-vous d’un casque de manière à libérer vos deux mains ce qui donnera plus d’emphase à votre voix. Isolez-vous et assurez-vous ne pas être dérangé. Adoptez une posture dynamique.

En studio, réglez le micro pour qu’il soit à une distance raisonnable de la bouche. Positionner vos pieds à plat, bien ancrés dans le sol, et placer vos mains sur la table. Soyez le plus confortable possible. Un dernier contrôle : cravate et boutons de chemise pour vous messieurs, mèche de cheveux et maquillage pour vous mesdames. Il serait dommage qu’un malencontreux petit détail détourne l’intention du journaliste, et des auditeurs en streaming. Pensez également à éteindre complétement votre portable. Enfin, gardez à l’esprit de regarder l’animateur, ou les différents invités, dans les yeux ce qui créera à la fois du dynamisme et de la convivialité dans vos échanges.

Plus que quelques instants avant de prendre la parole, respirez lentement pour réduire votre trac. Il diminuera rapidement dans les premières minutes de votre interview.

A présent, c’est à vous !

  • Prenez votre temps. Une interview radio n’est pas une course contre la montre, au risque d’en devenir incompréhensible. Ne vous précipitez pas. Votre débit de parole doit être fluide, l’ar-ti-cu-la-tion indispensable.
  • Faîtes des phrases courtes. Vous serez d’autant plus en mesure de faire passer vos messages et moins tenté de développer plusieurs idées au sein de la même phrase. Outre le fait de pouvoir reprendre votre souffle, cela permettra également à l’animateur de vous poser d’autres questions ou, le cas échéant, de donner la parole à un autre intervenant. La radio est une histoire de rythme. Si vous êtes enregistré, le temps passé au montage en sera grandement facilité.
  • Moduler votre voix. Ne soyez pas ennuyeux. Un changement de ton, de rythme, un appui sur certains mots ou syllabes serviront à la fois à promouvoir vos idées tout en veillant à garder les auditeurs éveillés.
  • Utilisez des exemples concrets pour illustrer vos propos. Préférez « 1 entreprise sur 4 », plutôt que 25 %, appuyez-vous sur des faits récents, des noms connus, pour rendre votre intervention plus vivante et captivante.
  • Utilisez le silence. Il vous aidera à bannir des tics du langages, comme le fameux « heu ». Ponctuez votre interview de quelques silences, une ou deux secondes suffisent pour mettre un mot, un propos en valeur.
  • Martelez vos messages. Pendant votre interview, en conclusion si l’interview vous le permet, répétez et ne vous éloignez pas des messages clés que vous avez définis. Partez du principe que les auditeurs prennent une émission en route ou n’écoutent que quelques minutes.

Gageons que cette première expérience sera le début de nouvelles aventures radiophoniques, aussi réécoutez-vous pour identifier les points d’amélioration sur lesquels il serait pertinent de travailler.