Dans la majorité des cas, le site web d’un cabinet d’avocats n’engendre pas un trafic important, notamment par rapport à d’autres sites de ventes et de prestations de services.

Or, la question du trafic, lié au référencement d’un site, est attachée à l’ambition et aux buts recherchés par de ce dernier. Le site internet d’un cabinet d’avocats peut avoir pour seul objectif de présenter l’équipe, les expertises, l’actualité et éventuellement les prix et récompenses du cabinet. Pensé comme une carte de visite, le trafic sur le site sera naturellement lié à une démarche volontaire d’un client ou d’un prospect qui recherche le cabinet en connaissance de cause. La question de savoir si le site internet d’un cabinet d’avocat a véritablement pour fonction de faire connaître le cabinet au plus grand nombre et de convertir des internautes en clients est pertinente. Les cabinets d’avocats ont-ils un véritable intérêt à travailler et à investir dans leur référencement ?

Être bien référencé : quelle pertinence pour les cabinets d’avocats ?

Le référencement est lié à la visibilité d’un site web dans les moteurs de recherche. Un bon référencement permet, en effet, d’apparaître dans les premiers résultats d’une recherche internet. Lorsqu’un internaute effectue une requête sur un moteur de recherche, il saisit quelques « mots clefs » afin de répondre à ses besoins. Par exemple, un internaute pourra rédiger la requête suivante : « cabinet réputé droit du travail paris ». Être le premier site à apparaître lors de cette recherche sur Google augmente la visibilité du Cabinet et peut le faire connaître à de nouvelles cibles.

Ces cibles ne sont pas toujours les mêmes et l’investissement dans le référencement peut parfois sembler peu pertinent. En effet, le directeur juridique d’un grand groupe cherchera-t-il un cabinet partenaire en rédigeant la requête « meilleurs avocats en droit des contrats » ? Google s’adresse à l’ensemble des internautes, là où les cabinets peuvent s’adresser à une clientèle restreinte. Pourquoi alors investir dans le référencement de son site web ?

De cette observation, il convient de distinguer deux types de cabinet. Les cabinets d’affaires, qui assistent des entreprises et professionnels, et les cabinets dont les clients sont des particuliers qui se confrontent, à un moment de leur vie, à une problématique juridique (divorce, licenciement, contrôle fiscal, etc.).

Pour les cabinets d’affaires, la visibilité dans les classements, dans la presse économique et financière et dans les journaux spécialisés (lu par les directeurs juridiques, les DAF, les acheteurs/responsables grands comptes…) sera valorisée, dans la mesure où la recherche d’un cabinet partenaire pour assister une entreprise ne s’effectuera pas régulièrement par le biais d’une recherche Google. Témoigner de son expertise dans un milieu ciblé apparaît donc essentiel. Toutefois, le référencement reste un moyen d’être visible, de faire circuler la marque, de témoigner de sa position de leader et peut avoir un sens dans une stratégie globale de communication.

Pour un cabinet s’adressant à des particuliers, artisans ou à de très petites entreprises, être référencé sur des mots clefs pourra s’avérer véritablement bénéfique et être un vrai levier supplémentaire de notoriété et de transformation. En effet, un particulier ou un chef d’entreprise d’une PME aura facilement le réflexe de rechercher un cabinet sur google pour l’assister dans ses litiges. Le référencement payant (SEA), service de mise en avant d’un site internet sur certains mots clefs en l’échange d’une contrepartie financière, et le référencement naturel (SEO) pourront donc être un bon outil pour prospecter et augmenter la clientèle du cabinet.

Soigner le contenu du site : un service client compatible avec le référencement naturel

Le référencement naturel (SEO) semble particulièrement intéressant à analyser pour les cabinets d’avocats dans le cadre de leur stratégie globale de communication, dès lors qu’il est lié à leur contenu et à la qualité des informations présentes sur leur site. Peu importe le type de clientèle, il est toujours possible de produire un contenu adapté à ses besoins.

Or si certains critères pour optimiser son référencement naturel sont mécaniques, tel que la présence de mots clés, la concision des titres, la nouveauté des contenus (non dupliqués), le temps de chargement de la page, le choix des mots clés dans les balises, etc.), le référencement dépend également de nombreux autres critères.

Au-delà des aspects techniques, le référencement prend également en compte la qualité et le sérieux du contenu – le prestige de l’émetteur, la diversité des contenus (photos, vidéos, fichiers PDF…), l’orthographe, la syntaxe etc.

Le seul développement d’un contenu pertinent possédant une vraie valeur ajoutée, tel que des articles pédagogiques, des vidéos pertinentes, une analyse de l’actualité jurisprudentielle, est indirectement une façon de travailler son référencement naturel. Par ailleurs, cette démarche est compatible avec la mise en place d’un véritable service client, permettant de fidéliser ses clients.

Pourquoi conseiller de travailler le référencement naturel ? Car cela reste une façon de mettre en valeur un site internet pour le transformer en autre chose qu’une simple vitrine. Investir dans le référencement naturel consiste également à investir dans la création d’un contenu pertinent. Ce contenu fidélise les clients et positionne un cabinet sur le marché. Il rend l’intervention du cabinet attractive, car il témoigne d’une expertise. La publication de contenu sur le site d’un cabinet d’avocats peut être perçue comme un service client qui aura une influence positive sur l’image de la marque. S’intéresser au référencement naturel peut donc être dans cet ordre de priorité :

  • Développer un contenu adapté à ses clients et leur présenter autre chose qu’une simple présentation des expertises du cabinet ;
  • S’intéresser à l’optimisation du référencement dans son aspect « technique » pour améliorer la visibilité et la circulation de la marque de votre cabinet sur Internet.

En outre, ces contenus pourront être exploités sous diverses formes (Newsletter, réseaux sociaux, etc.) et avoir un impact positif sur l’ensemble de votre communication externe.