Créé en 2013 par Dominique Bompoint le cabinet éponyme a beau ne compter que deux associés et trois collaborateurs, il est une référence du M&A coté. Rencontre avec un acteur aussi singulier que réputé du droit des sociétés.

Partir à la découverte du cabinet Bompoint, c’est avant tout chercher à résoudre un mystère : comment est-il possible d’intervenir dans certaines des belles opérations de M&A coté quand on exerce dans une toute petite boutique, sans marque internationale, sans équipes pléthoriques et sans réseau mondial ? À première vue, cela suppose quand même de cocher quelques cases du cabinet d’affaires conventionnel. Ainsi, l’adresse avenue Victor Hugo est un classique du genre. De même que l’immense appartement en étage élevé dans un immeuble ancien cossu, la vue sur l’Arc de Triomphe et la Tour Eiffel, la salle de réunion claire et design, les vastes bureaux individuels… Mais il ne faut pas s’y tromper, ici le conventionnel habille une vraie singularité qui s’exprime dans les détails. À commencer par la moquette violette qui claque dans le soleil printanier.

Dominique Bompoint, la cinquantaine énergique et chaleureuse, ouvre la porte de son bureau : pour tout mobilier, une table de réunion, une chaise longue signée Le Corbusier mais surtout un étrange pupitre haut sur pied appuyé contre un mur sur lequel sont posés deux écrans fixes et un portable. Il a rapporté ce bureau des États-Unis, car Dominique Bompoint a une originalité, (parmi d’autres), il aime travailler debout ! Ni piles de dossiers, ni bibelots, ni trophées, pas même une photo sur un mur. C’est design, fonctionnel, efficace. À quelques mètres de là, le bureau d’Éric Laut, lui aussi surélevé, a des allures de table d’architecte. Dans ce cabinet, on aime visiblement prendre de la hauteur. Trois dessins d’enfant accrochés discrètement sur le mur signalent le père de famille. Silhouette longiligne et allure sage, le jeune associé de Dominique Bompoint est aussi réservé que son aîné est extraverti. Quatre autres personnes partagent avec eux les 300 m2 du cabinet, dont trois collaborateurs formés sur le même profil : Louis-François Guéret, avocat depuis 2009, diplômé d’ESCP-EAP, Marie-Sarah Dib qui a prêté serment en 2015, diplômée de l’ESSEC et titulaire d’un LLM de l’université de Dundee et Vincent Ramonéda, diplômé d’ESCP-Europe et avocat depuis 2016. Et puis il y a Eun Sol Koh. Elle était la secrétaire de Dominique Bompoint chez Sullivan & Cromwell, elle est devenue le pilier du cabinet, c’est elle qui se charge de toutes les tâches administratives et de gestion. « Il n’y a pas de limites à ses compétences, elle fait tout » confie Dominique Bompoint, admiratif. Telle est donc l’équipe Bompoint au complet.

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Inscrivez-vous et profitez de 15 jours offerts.
Sans engagement, sans carte bancaire

LJA, L'ESSENTIEL ET L'EXPERTISE DU DROIT DES AFFAIRES