Très attendu tous les ans, Day One dévoile en exclusivité dans la LJA son baromètre des mouvements d’associés. Les statistiques récoltées démontrent une reprise du marché des mouvements durant les douze derniers mois, notamment des femmes. 2018 est un cru historique à tous points de vue. Analyse.

Si le ralentissement des mouvements d’associés durant l’année 2017 avait en partie été expliqué par la reprise de l’activité économique ne laissant que peu de temps aux avocats pour réfléchir à leur situation au sein de leurs structures respectives (cf. LJA 1337), l’année 2018 marque une véritable rupture. Pas uniquement avec l’année précédente, mais plus largement avec la dernière décennie. 256 mouvements d’associés viennent en effet d’être comptabilisés. Le précédent record datait de 2013 au cours de laquelle 235 déplacements avaient été constatés. Classiquement, ce sont les pratiques de corporate M&A (28 %) et de contentieux (19 %) qui ont été les plus impactées par ces mouvements. Ce sont aussi 40 associés fiscalistes qui ont changé de structure (16 % du total des mouvements) et 37 associés en droit social (14 %). On ne manquera pas de remarquer la baisse du nombre de recrutement de profils en private equity (13 % contre 11 % l’année précédente). à croire que les cabinets anticipent déjà un ralentissement de ce marché …

Une stabilisation des équipes d’associés anglais

Autre enseignement a priori surprenant de ce baromètre : ce n’est pas l’effet Brexit qui aurait remanié le marché. Car seulement 8 % des mouvements, soit 20 avocats proviennent des cabinets anglais. Jérôme Rusak, associé de Day One, qui a mené l’enquête note : « C’est une rupture importante par rapport aux deux années précédentes qui avaient vu 43 et 45 avocats issus des cabinets anglais ». Et d’ajouter : « depuis 2014, les structures d’origine britannique perdaient des associés via les mouvements. Or cette année, le ratio arrivées/départs s’établit à 1,55. Soit 3 arrivées d’associés pour 2 départs ». Si les anglais sont, pour le moment, parvenus à stabiliser leurs équipes, ce sont les firmes américaines qui ont vu cette année les recrutements latéraux impacter négativement leurs effectifs d’associés. Pour deux départs d’associés exerçant chez un américain, un seul nouveau profil intégrerait les équipes. Deux explications peuvent être avancées. D’abord le modèle eat what you kill peut décourager les nouveaux entrants. Nombre de partners s’y sont en effet cassés les dents durant les dernières années. Force est de constater que le système américain ne convient pas à tous. Mais une autre statistique livrée par l’étude est également susceptible de justifier cette tendance. Plus d’un mouvement sur trois aurait permis à l’avocat d’accéder à l’association. Or il faut rappeler que les promotions internes sont très compliquées dans la grande majorité des firmes US, encourageant dès lors les bons profils seniors à chercher l’association ailleurs. Et les cabinets français peuvent constituer une voie royale pour eux pour devenir associés.

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

 

Inscrivez-vous et profitez de 15 jours offerts.
Sans engagement, sans carte bancaire

LJA, L'ESSENTIEL ET L'EXPERTISE DU DROIT DES AFFAIRES