Prospective et profession d’avocat: prévenir pour mieux survivre

0
5278
Louis Degos, président de la commission prospective du CNB. ©M.Lartigue

Dans le cadre des États généraux de la prospective, de l’innovation et du numérique organisés par le CNB les 2 et 3 juin derniers, les avocats se sont penchés sur leur avenir. Et énuméré quelques pistes pour répondre au mieux aux nouveaux enjeux de la profession.

« Penser demain pour agir aujourd’hui ». Tel était le thème de la journée de la prospective et de l’innovation organisée le 2 juin dernier par le CNB dans les salons de l’Aveyron, à Paris. Nouveaux outils, nouvelles façons de travailler, développement massif des legal start-up, les avocats sont en effet face à une révolution numérique et technologique les obligeant à remettre bon nombre d’acquis en question. De même que la génération Z qui arrive et n’aspire plus forcément aux même attentes que ses prédécesseurs. Alors, que faire pour s’atteler dès à présent à ce lourd chantier qu’est demain ? Comment résister à un marché toujours plus concurrentiel et nécessitant des adaptations quotidiennes ?

Qui l’on est, où l’on va

Louis Degos, président de la commission prospective au sein du CNB, a dévoilé quelques chiffres : parmi les bâtonniers français interrogés pour préparer ces États généraux, 75 % ont affirmé que les innovations pouvaient faciliter l’exercice au quotidien, mais seuls 25 % d’entre eux ont déclaré avoir connaissance de projets innovants au sein de leur barreau…

LAISSER UN COMMENTAIRE