Les Éditions Dalloz (groupe ELS) viennent de lancer Open Dalloz, qui permet d’accéder gratuitement à la jurisprudence disponible en open data (celle que l’on trouve actuellement sur Legifrance) et aux codes officiels en vigueur, consolidés par l’éditeur juridique. Le point sur cette initiative avec le coordinateur du projet, Guillaume Montégudet, directeur du développement des solutions numériques du groupe Éditions Lefebvre Sarrut (ELS).

Dans quel contexte s’inscrivent la réflexion et la démarche qui ont abouti au lancement d’Open Dalloz ?

guillaumemontegudetGuillaume Montégudet : Le projet s’inscrit dans la réflexion globale menée au sein du groupe ELS sur l’open data, qui est un mouvement de fond très structurant dans la communauté juridique. On en parle beaucoup actuellement mais ce n’est pas un sujet nouveau dans le monde de l’édition juridique car cela fait plus de quinze ans que le mouvement a été lancé avec l’arrivée de Légifrance. Avec Open Dalloz, nous voulons réaffirmer notre présence sur ces sujets et accompagner concrètement ces évolutions.
La question clé pour les éditeurs juridiques demeure celle de la valeur ajoutée que nous devons apporter. Or, notre grande force est notre valeur ajoutée éditoriale : la consolidation des textes réalisés par nos équipes et leur enrichissement par des annotations de jurisprudence, des références bibliographiques, des renvois vers des analyses, des commentaires, de l’actualité et de la veille juridique… À cela s’ajoute une valeur ajoutée fonctionnelle, sur laquelle se positionnent aujourd’hui de nouveaux acteurs. Dans ce monde qui bouge, nous souhaitons proposer une offre d’open access de référence. Au vu du nombre très élevé de connexions à la page Open Dalloz dès les premières 24 heures, l’initiative suscite indiscutablement un intérêt.

Que propose aujourd’hui Open Dalloz ?

G.M. : Open Dalloz permet d’accéder gratuitement à toute la jurisprudence actuellement disponible en open data et à tous les codes officiels en vigueur, consolidés par les rédacteurs spécialisés de Dalloz, avec des renvois à des textes d’application ou complémentaires. Ces contenus accessibles gratuitement proposent des liens notamment vers les commentaires et analyses des fonds Dalloz, dont l’accès est réservé aux abonnés.

L’offre est-elle destinée à évoluer ?

G.M. : Oui, notre démarche est celle d’un site évolutif et fortement collaboratif. Les fonds et les fonctionnalités d’Open Dalloz s’enrichiront en fonction des retours des utilisateurs et de l’évolution du mouvement open data – et, en particulier, de la libération et de l’anonymisation des fonds de jurisprudence. Le projet tel qu’il existe aujourd’hui n’est pas figé, et évoluera aussi en fonction de nos échanges étroits avec la communauté juridique et des travaux d’Open Law.