Google l’a annoncé il y a plusieurs mois et l’a mis à exécution il y a quelques jours : les contenus digitaux adaptés pour une lecture sur mobile ont désormais un référencement privilégié. Le référencement des autres sites est désavantagé voire supprimé.
L’usage intensif du téléphone portable comme moyen d’accès privilégié à l’univers digital a poussé Google à adapter ses algorithmes et force, par conséquent, les sites à se mettre en conformité.

Le mobile, nouveau support de consommation et de communication

D’après une étude de Deloitte sur les usages mobiles, « Les Français et le smartphone en 2016 : une relation fusionnelle », le smartphone arrive pour la première fois en tête des équipements digitaux. Désormais, 77 % des Français âgés de 18 à 75 ans déclarent en posséder un. Le smartphone s’est donc imposé dans le cœur des Français comme le moyen d’accès privilégié à l’univers digital, que ce soit pour la communication, le travail, les achats et les formalités du quotidien, ou encore le divertissement.

La définition du mois : qu’est-ce qu’un Googlebot ?
Googlebot est un robot d’indexation conçu par le géant Google et utilisé pour son moteur de recherche afin de détecter de nouvelles pages web et les mises à jour de pages déjà existantes. Il détecte les sites en suivant les différents liens existant entre les pages. Son fonctionnement est basé sur un nombre conséquent d’algorithmes et sur des programmes informatiques qui déterminent les pages web à explorer, à quelle fréquence, et le contenu à extraire de chaque site.

L’usage intensif du téléphone portable pousse Google à adapter ses algorithmes

D’après Deloitte, le seuil de la dépendance du mobile semble bel et bien avoir été franchi. De fait, 41 % des Français confessent qu’il leur arrive de consulter leur téléphone au milieu de la nuit. De même, les usages « en mobilité » progressent eux aussi fortement. Ainsi, 49 % des Français disent utiliser leur smartphone dans les transports en commun en 2016, un chiffre en hausse de 19 points sur un an. On note aussi que les « mobinautes » ont des usages de plus en plus sophistiqués et consommateurs de bande passante : navigation sur Internet pour 42 % des Français, échanges sur les réseaux sociaux pour 39 % d’entre eux, ou encore consultation d’actualités, visionnage de vidéos ou streaming musical.

Une page responsive = une page mieux référencée

Ces éléments ont donc poussé Google à modifier ses algorithmes afin de privilégier les pages des sites dont le contenu est adapté aux mobiles. L’objectif de Google est de référencer chaque page d’un site dont la lecture est adaptée aux mobiles (Lire à ce sujet : « Responsive design ou comment ne pas disparaître de Google’ »). Si une partie du site est adaptée aux mobiles, seules les pages idoines seront référencées par Google et lues par les internautes.

 

Le sondage du mois :
Envisagez-vous d’auditer votre site afin de vous assurer qu’il est adapté à une lecture complète sur mobile ? Répondez ici