Le cabinet de recrutement Fed Légal publie aujourd’hui les résultats d’une étude sur les salaires des juristes en bancassurance (financement, marchés de capitaux, asset management, retail banking, assurance-vie…). Le point sur les principaux résultats de cette enquête avec Romain Franck, manager de Fed Légal.

romainfranck_2015Quel est le principal enseignement de cette étude sur la rémunération des juristes en bancassurance ?
Romain Franck :
Le management est mieux valorisé que l’expérience ou l’expertise. On constate en effet que les juristes en bancassurance qui managent ont une évolution de salaire plus importante et plus rapide que leurs homologues experts qui ne managent pas. Si le marché tend à l’hyperspécialisation des juristes en bancasssurance, et si des matières sont plus rémunératrices (corporate banking, capital market) que d’autres (retail banking, assurances IARD…), les managers eux s’en sortent mieux.

Qu’observez-vous en ce qui concerne la pratique des bonus, d’une part, de l’intéressement et de la participation, d’autre part ?
R.F. :
On constate d’abord que le bonus est une composante plutôt faible de la rémunération des juristes en bancassurance à l’exception des managers de second niveau (1/3 d’entre eux perçoivent au moins 20 K€ annuels). On note aussi que l’augmentation du bonus suit la courbe de l’augmentation des responsabilités managériales. Un responsable juridique en financement de projets touchera normalement plus de bonus que le juriste senior de son équipe qui dispose pourtant du même nombre d’années d’expérience et de la même expertise juridique…
Concernant la participation et l’intéressement, ce sont des composantes véritablement marginales de la rémunération des juristes en bancassurance. Et ce, quel que soit le secteur d’activité. Hormis pour le secteur de l’asset management – où, historiquement et par la collecte de fonds importante que ces entreprises effectuent, la participation et l’intéressement sont assez valorisés –, les autres secteurs valorisent assez peu ces composantes.

Les juristes en bancassurance assurant des fonctions de management sont-ils satisfaits de leur niveau de rémunération ?
R.F. :
Il est notable de constater que plus le niveau de responsabilités managériales est élevé plus le niveau d’exigence en matière de rémunération est élevé également. Aussi, si les managers de premier niveau sont globalement satisfaits de leur salaire fixe et de leur salaire variable, les managers de second niveau trouvent que leur salaire fixe n’est pas assez élevé (alors que le variable l’est). Cela démontre que le management est devenu un métier à part entière. Diriger une équipe de responsables juridiques qui eux-mêmes dirigent des juristes implique un niveau d’exigence très élevé, une organisation cohérente, et beaucoup de temps. Les managers de second niveau sont très exposés et estiment encore à juste titre que leur rémunération fixe n’est pas suffisamment valorisée et n’est pas à la hauteur de leur niveau de responsabilités.

Les résultats de l’enquête : téléchargez l’infographie

LAISSER UN COMMENTAIRE