Alexandre Vuchot, co-head de Bird & Bird France

Paru dans La Lettre des Juristes d’Affaires, N° 1273 du 10/10/2016

0
3704

Alexandre Vuchot a vu le cabinet Bird & Bird « naître et grandir ». Fraîchement nommé co-head des deux bureaux français aux côtés de Benjamine Fiedler, il aspire désormais à faire souffler un vent de renouveau sur la structure, entre cross-fertilization et développement de nouvelles spécialités.

Bird & Bird a désormais deux ailes pour atteindre les sommets. Alexandre Vuchot, associé spécialisé en IT, télécoms et commerce électronique, vient en effet d’être nommé co-head des bureaux de Paris et Lyon du cabinet, qui comptent aujourd’hui plus de 90 avocats. Un poste qu’il occupe en tandem avec l’associée en droit social Benjamine Fiedler, managing partner depuis avril 2013 (Lire notre article : Benjamine Fiedler, managing partner de Bird & Bird Paris). L’exercice n’est pas nouveau puisque le bureau de Paris a presque toujours été managé en duo : Frédérique Dupuis-Toubol/Stéphane Lemarchand, Frédérique Dupuis-Toubol/ Benjamine Fiedler, et aujourd’hui Benjamine Fiedler/Alexandre Vuchot. Mais pour ce dernier, prendre la codirection revêt un sens tout particulier car il fut de ceux qui ont posé la plaque du cabinet en France en 2000. « Je faisais partie du comité exécutif de Bird & Bird depuis un certain temps, et j’ai eu envie de m’impliquer davantage et d’insuffler une nouvelle énergie », explique-t-il.

L’aventure de l’an 2000
Pour l’associé né à Saint-Germain-en-Laye en 1968, devenir avocat n’était pas forcément une évidence. S’il en avait eu le talent, glisse-t-il, il se serait volontiers rêvé en designer. Un nouveau Starck, magicien de l’architecture et de la décoration d’intérieur, par exemple. Mais un groupe d’amis et un certain manque d’inspiration l’ont finalement guidé vers le droit. « Mon intérêt pour la matière a grandi au fur et à mesure des études, puis a fini par s’imposer assez naturellement », se souvient Alexandre Vuchot. « En revanche, j’ai été attiré dès le départ par le conseil et les grands cabinets internationaux. » Une préférence qu’il confie avoir aujourd’hui bien du mal à expliquer à ses trois enfants de 10, 13 et 15 ans, nourris par la vision de l’avocat en robe noire répétant ’votre honneur“ à-tout-va, véhiculée par la télévision. « C’est assez compliqué d’expliquer le métier de conseil à un enfant. Les Fintech, cela n’a aucun sens pour eux », soupire-t-il, amusé.

Après un DEA en droit des affaires et de l’économie (Paris II) et un LLM du King’s College de Londres, il fait le choix de se lancer dans la profession d’avocat en 1993. Chez JeantetAssociés, où il fait la rencontre de Frédérique Dupuis-Toubol et de Benjamine Fiedler. Deux femmes de tête ambitieuses qu’il suit, en tant que collaborateur senior, lors de la création du bureau parisien de Bird & Bird le 1er janvier 2000. Pour l’anecdote : tout le monde est alors sur le qui-vive dans l’attente du fameux bug annoncé de l’an 2000. Pour son premier jour d’ouverture, le cabinet avait donc organisé une veille au cas où un client rencontre un problème. « Bien sûr, il ne s’est rien passé, mais c’était assez fondateur », précise le co-managing partner en riant. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE